Respect pour les aînés

Alex Kovalev Alex Kovalev  Photo :  PC/J Pat Carter

Les blagues s'enchaînaient à un rythme étourdissant sur Twitter samedi soir. Les meilleurs marqueurs de la soirée? Jaromir Jagr, Teemu Selanne, Alex Kovalev... Étions-nous revenus en 1995, se demandaient plusieurs?

Il est encore trop tôt pour dire qu'il s'agira d'une tendance en 2013, mais la soirée inaugurale de la saison a donné la chance aux aînés de la Ligue nationale de se mettre en valeur.

Avec quatre points chacun, Jagr (40 ans) et Selanne (42 ans) ont été les vedettes de la soirée. Kovalev (40 ans dans un mois) a ajouté son grain de sel avec trois points. Saku Koivu (38 ans) s'est permis deux points, tout comme Ray Whitney (40 ans). C'est sans oublier Martin Brodeur (40 ans), victorieux à sa première sortie.

À Dallas, Whitney et Jagr sont d'ailleurs devenus le premier duo de quadragénaires à marquer dans un même match pour la même équipe depuis Joe Nieuwendyk et Gary Roberts le 10 novembre 2006, avec les Panthers de la Floride.

« C'est une élite de joueurs, croit le défenseur du Canadien Josh Gorges. C'est déjà difficile d'atteindre cette ligue, mais d'y rester, de jouer 18-20 saisons, de jouer à 42 ans comme Selanne, et en plus, il a amassé quoi, 70 points? [NDLR : il a amassé 66 points la saison dernière.] C'est incroyable, c'est une motivation pour tous de travailler. »

« Ça ne me surprend plus, affirme l'attaquant Rene Bourque. Whitney semble s'améliorer en vieillissant. Jagr est un gros bonhomme très intelligent. Kovalev, Selanne ont tous déjà fait partie des meilleurs joueurs et ce talent ne se perd pas. »

Il ne faut pas voir la soirée de samedi comme une exception. Ces joueurs ont tous démontré l'an passé qu'ils pouvaient exceller de façon constante. Whitney a connu la meilleure saison offensive du lot en 2011-2012 avec 77 points. Jagr, lui, a inscrit 54 points en 73 matchs. Et Brodeur a transporté son équipe en finale de la Coupe Stanley...

« On répète sans cesse à quel point c'est un sport pour les jeunes, que les joueurs de talent sont de plus en plus jeunes, ajoute Gorges. C'est incroyable de voir ces athlètes qui ont tellement accompli, et qui ont 40 ans, encore capables de jouer au plus haut niveau. Ça montre à quel point ils sont bons, ils travaillent fort. Je suis sûr que c'est facile pour eux de dire : "J'ai 40 ans, j'en ai fait beaucoup, je n'ai pas besoin de m'entraîner si fort." C'est ce qui les rend exceptionnels, ils n'ont pas cette attitude. »

Gorges, avec ses 250 tirs bloqués la saison dernière, ne se voit pas souffrir jusqu'à 40 ans. Mais il voit en Chris Chelios un modèle. L'ancien du Canadien, doit-on le rappeler, a fait ses premiers pas dans la LNH en 1984 avant d'accrocher ses patins en 2010, à 48 ans.

« Chelios dirait sûrement la même chose, en tant que défenseur, plus tu vieillis, plus tu deviens intelligent, tu comprends le jeu. C'était un de mes joueurs préférés, c'était un guerrier. C'est sûr que tu ralentis après 15 ans dans la ligue. Tu dois alors être intelligent et jouer de façon structurée. »

L'Artiste en spectacle

Mardi soir, le Canadien accueillera un de ces phénomènes en Alex Kovalev, visiteur à Montréal avec les Panthers de la Floride. L'Artiste a patiné jusqu'ici avec Peter Mueller et Jonathan Huberdeau, qui n'était même pas né lorsque l'ancien numéro 27 du CH a amorcé sa carrière.

Kovalev est de retour dans la LNH cette saison après une année passée avec l'Oblast Atlant de Moscou, en KHL, où il a amassé 6 points en 22 matchs.

Avec le grand ménage de l'été 2009 chez le Canadien, il ne reste plus beaucoup de témoins de l'époque de Kovalev à Montréal. Gorges est un des sept joueurs du CH à avoir côtoyé Kovalev pendant ses quatre saisons et demie dans la métropole. Et il s'attend à un spectacle.

« Je me souviens de nos matchs contre les Rangers à New York, il avait cette étincelle dans les yeux avant d'affronter son ancienne équipe. Il n'avait pas besoin de rien dire. On savait qu'il allait mener la charge. Il adorait jouer devant notre foule. On devra être prêt, car il peut être très dangereux s'il se sent bien. »

Facebook