Les yeux vers l'Atlantique

Les Flyers célèbrent leur but gagnant en prolongation. Les Flyers derrière Marc-André Fleury  Photo :  AFP/Justin K. Aller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Pour une deuxième saison de suite, c'est dans la Division atlantique que le sort de l'Association de l'Est pourrait se décider.

L'an passé, cette division s'est montrée largement supérieure aux autres en occupant quatre des huit places en séries et en envoyant deux de ses représentants, les Devils du New Jersey et les Rangers de New York, en finale de l'Est.

Encore cette année, c'est dans cette division que l'on retrouve les grosses pointures. Après avoir disputé 20 matchs en séries, malgré une attaque anémique, les Rangers de New York ont pris les grands moyens pour remédier à la situation. L'ajout de Rick Nash aidera-t-il Brad Richards à redevenir un marqueur de plus d'un point par match?

Dépouillés de Zach Parisé par les forces du marché, les Devils pourraient avoir du mal à conserver leur trophée Prince-de-Galles. Mais il ne faut pas exclure de l'équation leurs rivaux de division, les Penguins de Pittsburgh. Avec à sa tête un Sidney Crosby en santé dès le départ, sans oublier un certain Evgeni Malkin, joueur le plus utile la saison dernière, la troupe de Dan Bylsma peut rêver aux grands honneurs.

Si Malkin et Crosby conservent la santé, on pourrait vite oublier le départ de Jordan Staal, un troisième centre de luxe, pour les Hurricanes de la Caroline.

Les Flyers comptent sur une attaque toujours aussi explosive, mais ont perdu un gros morceau en défense en Matt Carle et sont toujours vulnérables aux hauts et aux bas d'Ilya Bryzgalov.

C'est à se demander comment feront les Islanders de New York pour suivre la cadence, eux qui, eh bien... sont toujours les Islanders.

Les Bruins seuls?

S'il y a une équipe assez complète pour rivaliser avec ces formations, ce sont les Bruins de Boston.

La troupe de Claude Julien a limité ses pertes cet été. Les Benoît Pouliot, Joe Corvo et autres Brian Rolston n'occupaient pas des rôles centraux. Les trois premiers trios seront toujours aussi menaçants, d'autant plus que Nathan Horton a recouvré la santé.

Le hic, c'est que la plus grande absence de l'équipe ne fait pas officiellement partie des pertes. Tim Thomas est bel et bien un Bruin encore, mais prévoit passer la saison à la maison. Tuukka Rask fera assurément moins de vagues que son controversé coéquipier, mais fera-t-il autant d'arrêts?

Qui des Sabres ou des Sénateurs pourront le plus menacer les puissants Bostoniens? Les Sabres sortent d'une saison à oublier, au cours de laquelle leur esprit de corps et leur robustesse ont été mis à mal par Milan Lucic et les Bruins. L'ajout de l'agitateur Steve Ott et du géant John Scott représente un pas dans la bonne direction.

À Ottawa, on souhaitera surtout que le gardien Craig Anderson et le défenseur Erik Karlsson connaissent une deuxième saison de suite au-delà des attentes. Et qu'il reste un peu d'essence dans le réservoir de Daniel Alfredsson.

Le Canadien et les Maple Leafs, eux, ont procédé à de plus grands changements au niveau de la direction que sur la patinoire. Il est permis de croire que le scénario le plus optimiste pour ces deux équipes sera de se battre pour les dernières places donnant accès aux séries.

Le sud en folie

Bien malin celui qui prédira le classement de la Division sud-est. Hormis les Jets de Winnipeg et leurs éternels problèmes de voyagement, chaque équipe peut rêver au 1er rang. Mais peut aussi rater les séries...

Sur papier, le Lightning de Tampa Bay a apporté les changements les plus judicieux. Anders Lindback pourrait enfin offrir de la stabilité devant le filet, tandis que Carle et Sami Salo constituent de bonnes prises de Steve Yzerman. Mieux entouré, Steven Stamkos ne devrait avoir aucun mal à maintenir sa cadence infernale.

Kirk Muller aura la chance de diriger ses Hurricanes dès le début de la saison. La seule arrivée de Jordan Staal transforme son attaque. Reste à voir si Alexander Semin profitera de son audition d'un an pour montrer qu'il peut redevenir le marqueur dangereux qu'il était jadis. Sera-t-il un coéquipier plus présent maintenant qu'il est loin de son compatriote Alexander Ovechkin?

Parlant d'Ovechkin, c'est maintenant au tour d'Adam Oates de tenter d'encadrer le Moscovite et sa bande. Les Capitals ont ajouté Mike Ribeiro à leur attaque, mais ont dit adieu aux 24 minutes par match de Dennis Wideman et à un joueur de soutien fiable en Jeff Halpern.

Ces équipes auront toutes pour but de déloger les Panthers de la Floride du 1er rang. Dans leur cas, le développement de jeunes espoirs comme Jonathan Huberdeau et Erik Gudbranson sera crucial.