Canadien saison 2013, au jeu!

« Tout le monde peut être racheté » - Kaberle

Tomas Kaberle

Certains détails de la nouvelle convention collective dans la Ligue nationale sont moins passés inaperçus que d'autres. Parmi eux, la possibilité pour les équipes de racheter les contrats de deux joueurs à l'été 2013, sans pénalité sur le plafond salarial.

Avec un impact annuel de 4,25 millions de dollars dans la masse salariale jusqu'en 2014, Tomas Kaberle fait partie des noms qui reviennent souvent dans l'entourage du Canadien parmi les candidats à un rachat.

Le Tchèque de 34 ans n'a pas connu une vilaine saison offensivement, du moins après qu'il se soit joint au Tricolore. Avec 22 points en 43 matchs, il a produit à un rythme de 40 points sur une saison complète.

En revanche, son jeu défensif (-18 pendant la saison, dont -6 à Montréal) en a fait rager plus d'un, sans oublier que la robustesse ne fait pas partie de ses atouts, au sein d'une défense déjà peu reconnue pour être intimidante. Et avec un Andrei Markov en santé, le Canadien pourrait retrouver son passeur à la pointe lors des supériorités numériques.

Malgré ces handicaps, Kaberle a assuré qu'un possible rachat n'effleure pas son esprit.

« Je dois me concentrer sur ce que je peux contrôler. Tout le monde peut voir son contrat racheté, c'est la décision du directeur général, a commenté un Kaberle peu bavard, à l'issue de l'entraînement de jeudi.

« Je dois jouer mon style de jeu, ne rien essayer de différent et garder les choses simples. Je dois bouger la rondelle et essayer de m'amuser », a-t-il ajouté.

Le poids mystère

Kaberle en était à un premier entraînement au Québec depuis la fin du lock-out. Il a partagé son temps des derniers mois entre Toronto, pour des entraînements amicaux, et sa République tchèque natale, où il a défendu les couleurs de Kladno, aux côtés de Tomas Plekanec et Jaromir Jagr. En 10 matchs, il a enregistré six points.

Comme son coéquipier Carey Price, Kaberle s'est présenté plus léger que l'an dernier. Il semblait d'ailleurs moins joufflu que par les années passées.

L'ancien des Maple Leafs n'a toutefois pas voulu donner de détails quand on lui a demandé s'il savait combien de livres il avait perdu.

« Oui, je le sais. Mais je ne pense pas que ce soit important que vous le sachiez! Mais chaque livre que tu perds, tu le sens. L'important est de bien se sentir, que ce soit 5 ou 15 livres en moins. »

En complément