Lock-out dans la LNH

Un autre marathon

Brad Richards, le directeur de l'AJLNH Donald Fehr et Ryan Miller quittent la salle de réunion à New York. Brad Richards, Donald Fehr et Ryan Miller  Photo :  AFP/Getty Images/BRUCE BENNETT

NEW YORK - On a souvent parlé d'un marathon pour décrire les négociations pour une nouvelle convention collective. En ce samedi, aussi bien parler d'un Ironman...

Un texte de Guillaume Lefrançois 

Après des rencontres séparées avec le médiateur en matinée, les négociations entre la Ligue nationale et l'Association des joueurs ont repris samedi après-midi. Le médiateur est également présent à cette rencontre entre les deux parties. Les discussions se sont amorcées un peu après 13 h (HNE) et se sont poursuivies tard en soirée. Elles étaient encore en cours à 4 heures du matin, heure locale.

Une source de la Ligue nationale présente aux réunions a indiqué en soirée à Radio-Canada Sports que de « légers progrès (slow progress) » avaient été enregistrés.

« Je ne veux pas utiliser de qualificatif pour la journée. Mais il y a eu plusieurs rencontres, a ajouté cette même source. Plusieurs points ont été discutés, certains ont été réglés. Il reste encore beaucoup de travail à faire. »

Un employé de l'hôtel où ont lieu les discussions a quant à lui raconté à Radio-Canada Sports que les visages étaient sérieux quand il a été appelé dans la salle de réunion, vers 3 h. « Personne ne célébrait », a-t-il ajouté.

Des rumeurs d'entente ou de compromis sur des points précis tels que le fonds de pension, le plafond salarial de 2013-2014 ou la durée de la convention collective ont fait surface, mais il faut toujours garder en tête que ces sacrifices peuvent être conditionnels à d'autres compromis. Plusieurs médias racontent notamment que les joueurs ont demandé un plafond de 64,3 millions pour la saison prochaine (au lieu de 65), et que la LNH serait prête à bonifier son offre à 62,5 millions (plutôt que 60).

Il s'agit des premières séances en face à face depuis jeudi, lorsque de petits groupes s'étaient rencontrés sur des points précis, notamment les pensions.

Ce développement survient au lendemain d'un marathon de 12 heures de médiation, au cours duquel Scot L. Beckenbaugh a fait la navette entre les bureaux de la LNH et l'hôtel où séjournent les négociateurs de l'Association des joueurs (AJLNH).

Le travail de ce médiateur fédéral américain consistait essentiellement à chercher des points où les deux parties peuvent se rejoindre. Fait intéressant, dans une telle démarche, chaque clan étale sa position dans l'anonymat, sans que le clan adverse sache ce qui s'est dit.

Les 12 heures de médiation de vendredi et la rencontre inattendue de samedi ont rétabli un optimisme certain dans les négociations, après une journée de jeudi où les échos en provenance de la ligue et des joueurs n'étaient que négatifs.

Le vote est terminé

En parallèle à ce processus, les membres de l'AJLNH ont conclu à 18 h samedi le deuxième vote sur la dissolution du syndicat. Lors du premier scrutin, tenu peu avant Noël, les joueurs avaient voté pratiquement à l'unanimité pour défaire l'AJLNH, mais n'ont finalement pas mis la menace à exécution.

Plusieurs médias rapportaient dès vendredi que la dissolution avait été acceptée par une majorité de joueurs, mais aucune annonce officielle n'a été faite.

Les conséquences de la dissolution demeurent difficiles à prévoir, mais la simple possibilité qu'elle se produise pourrait faire avancer les choses. On murmurait en milieu de semaine que les négociations se déroulaient plus rondement, quand le premier vote de l'AJLNH était encore valide.

Le délai pour sauver ce qu'il reste de la saison 2012-2013 se compte désormais en jours, et non plus en semaine. Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a déjà indiqué que l'action doit reprendre au plus tard le 19 janvier afin d'organiser une saison de 48 matchs. Pour ce faire, les camps d'entraînement devraient s'amorcer le 12 janvier, soit samedi prochain.

Certains médias avancent également qu'en cas d'entente rapide, une saison de 50 matchs serait possible et permettrait donc à chaque équipe d'ajouter un match à domicile à son calendrier... et dans ses coffres.