Lock-out dans la LNH

Négociations rompues

Gary Bettman Gary Bettman  Photo :  PC/AP Photo/Mary Altaffer

NEW YORK - La dernière semaine de négociations entre la Ligue nationale et l'Association des joueurs était décrite comme des montagnes russes. Les wagons ont descendu la pente la plus abrupte, jeudi soir.

Un texte de Guillaume Lefrançois

« Il y a eu un développement et il n'est pas positif, a dit le directeur de l'Association des joueurs, Donald Fehr. On nous a fait savoir, dans un message dans notre boîte vocale, que les démarches (moves) que les joueurs ont faites étaient inacceptables et qu'il n'y avait pas de raisons de rester ici ce soir ou demain. »

En deux phrases, Fehr a démonté tout ce qui restait d'optimisme après une semaine de négociations passée essentiellement entre joueurs et propriétaires, et sans le commissaire de la LNH, Gary Bettman.

« Je suis incroyablement déçu que nous soyons où nous en sommes », a d'ailleurs commenté Bettman.

Le commissaire a ajouté que l'offre que le circuit avait déposée, qui comprenait notamment 300 millions de dollars pour le paiement intégral des ententes déjà signées, n'était plus sur la table.

La folie

Don Fehr Don Fehr  Photo :  PC/AP Photo/Mary Altaffer

Cette annonce a mis un point d'exclamation sur une journée où se sont succédé les coups de théâtre.

La reprise des négociations, attendue en milieu de journée, a finalement lieu vers 17 h (HNE). Quelques minutes après le début de la réunion, on apprend que Bettman, dont le retour était attendu pour cette séance, n'y est pas. De leur côté, les propriétaires des Penguins, qui avaient affirmé qu'ils ne quitteraient pas New York tant qu'il n'y avait pas d'entente, quittent Manhattan pour rentrer en Pennsylvanie.

La rencontre prend fin après environ une heure et Bill Daly quitte l'hôtel pour gagner les bureaux de la Ligue nationale, à quelques coins de rue.

18 h 30. Donald Fehr s'amène dans la salle de conférence pour un point de presse, accompagné de la quinzaine de joueurs présents à New York lors des derniers jours. Ses mots semblent rassurants.

« Nous croyons que nous avons une entente sur les dollars. Si c'est le cas, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir une entente complète », mentionne Fehr, avant de préciser que des divergences persistaient sur la durée des contrats et la variation des sommes versées d'une année à l'autre.

Ses propos demeurent louches. Fehr insiste sur le fait que les deux clans sont très près d'une entente, et souligne à maintes reprises les nombreux compromis des joueurs.

Le point de presse de Fehr, d'une dizaine de minutes, est suivi par une ronde d'entrevues des joueurs. Les médias francophones s'agglutinent autour de Mathieu Darche. Après cinq minutes, les entrevues sont interrompues et on demande aux joueurs de retourner autour du podium. Donald Fehr revient parler aux médias.

Après des minutes d'attente, Fehr annonce finalement la rupture des négociations.

« Je suis incapable de penser à une situation comparable dans ma carrière », a commenté après coup Steve Fehr, numéro 2 de l'AJLNH, pour décrire la soirée invraisemblable.

Vingt minutes plus tard, Gary Bettman déverse son fiel sur l'Association des joueurs et l'accuse de tous les torts. Rarement l'a-t-on vu aussi émotif. Et il semble prendre un plaisir particulier à entrer dans les détails du processus, ce qu'il fait rarement.

Comme si la soirée n'était pas assez folle, en se retournant après la conférence, les journalistes constatent que trois joueurs, soit Chris Campoli, Ron Hainsey et Dan Winnik, sont postés dans le fond de la salle et écoutent le commissaire. Leur prétexte : elle n'était pas diffusée à la télévision dans leur chambre.

Annulations à venir?

Le temps commence maintenant à presser pour sauver cette saison. Les matchs sont annulés jusqu'au 14 décembre, ce qui signifie qu'une nouvelle vague d'annulations est à prévoir dans les prochaines heures.

Reste à voir l'allure que prendront les montagnes russes. De façon générale, la descente la plus rapide signifie qu'on arrive à la fin du parcours.

Mais après avoir assisté à des progrès si considérables cette semaine que la LNH et l'AJLNH ont tenu un point de presse commun, mardi, il est aussi permis de croire que des pistes de solution ont été élaborées. Le manège pourra-t-il remonter la pente sur son élan?