Lock-out dans la LNH

Faire une brèche

Le conseiller Matthew Schneider, l'attaquant Ron Hainsey des Jets de Winnipeg et le conseiller Steve Fehr Mathieu Schneider, Ron Hainsey et Steve Fehr  Photo :  PC/AP Photo/Louis Lanzano

À en croire le conseiller spécial de l'Association des joueurs, Steve Fehr, une entente avec la Ligue nationale pourrait survenir rapidement dès que les deux parties feront une brèche dans les négociations.

Les pourparlers butent encore sur trois obstacles majeurs : le partage des revenus, les contrats actuels des joueurs et l'identité de la partie qui absorbera la majorité des dégâts causés par le lock-out.

De passage à la conférence Prime Time Sports Management, Fehr, un brin poète, a expliqué que « certains jours sont faits de diamants, certains jours sont faits de pierres », en référence à la célèbre complainte de John Denver, Some days are diamonds, some days are stones.

Après des négociations dans sept des neuf derniers jours, l'enthousiasme s'est envolé tranquillement dimanche lorsque les pourparlers ont achoppé. Les deux parties se disent bien intentionnées, mais incapables de faire des progrès.

« C'est difficile de croire que tu [les propriétaires] vas jeter cette industrie dans le précipice », a ajouté Fehr.

Aucune date n'est prévue pour un retour à la table.

En lock-out depuis le 15 septembre dernier, la Ligue nationale a déjà annulé tous ses matchs au mois de novembre.

Pour espérer le début d'une campagne écourtée le 1er décembre, les joueurs et les propriétaires devront s'entendre au plus tard au début de la semaine prochaine.

En complément