Molson brise le silence

Geoff Molson Geoff Molson  Photo :  PC/Paul Chiasson

Geoff Molson a ressenti le besoin de réagir au congédiement de Jacques Martin et au tollé soulevé par le choix d'un unilingue anglophone au poste d'entraîneur-chef du Canadien.

Deux jours après avoir remplacé Martin par Randy Cunneyworth, le propriétaire, président et chef de la direction de l'équipe a commenté la décision du directeur général Pierre Gauthier lundi.

« Notre responsabilité envers nos partisans et nos partenaires est de leur offrir une équipe gagnante et nous croyons que cet ajustement va contribuer à l'amélioration des performances du club cette année, a-t-il dit. Il s'agit d'un changement pour remédier immédiatement à la situation. »

« Il est évident que la capacité de l'entraîneur-chef à s'exprimer en français de même qu'en anglais sera un facteur très important dans le choix d'un candidat sur une base permanente », a ajouté Molson.

Bon nombre d'éditorialistes et chroniqueurs, dont Martin Leclerc, se sont soulevés contre la nomination de Cunneyworth.

En conférence de presse, samedi, Pierre Gauthier a réglé la question linguistique en répondant qu'« une langue, ça s'apprend ».

De son côté, Cunneyworth a été évasif sur la possibilité qu'il suive des cours de français.

Voici le communiqué complet du Canadien :

« Notre directeur général Pierre Gauthier a procédé samedi à un changement d'entraîneur-chef en nommant Randy Cunneyworth au poste d'entraîneur-chef par intérim du Club de hockey Canadien jusqu'à la fin de la saison.

Ce changement important a été réalisé dans le but de relancer l'équipe suite à une performance et des résultats insatisfaisants depuis le début de la saison 2011-2012. Notre responsabilité envers nos partisans et nos partenaires est de leur offrir une équipe gagnante et nous croyons que cet ajustement va contribuer à l'amélioration des performances du club cette année.

Il s'agit d'un changement pour remédier immédiatement à la situation. Randy Cunneyworth est un entraîneur qualifié et aguerri qui est très respecté des joueurs et de tous les membres de l'organisation et il était prêt à prendre la relève. Comme l'a mentionné Pierre Gauthier, la permanence au poste d'entraîneur-chef du club sera réévaluée au terme de la saison et sera soigneusement planifiée.

Bien que notre priorité soit de gagner et d'être continuellement à la recherche de l'excellence, il est évident que la capacité de l'entraîneur-chef à s'exprimer en français de même qu'en anglais sera un facteur très important dans le choix d'un candidat sur une base permanente.

À l'instar de tous nos partisans, nous souhaitons que les Canadiens de Montréal fassent partie des meilleures équipes dans la LNH et nous ne ménageons aucun effort pour gagner.

Nous remercions nos partisans qui font preuve de compréhension dans les circonstances. »