Luongo près du but

Le reportage de Jean-François Poirier

Roberto Luongo pourra bientôt dormir l'esprit tranquille.

Les Canucks ont déjà fait de Roberto Luongo leur capitaine. Et, cette année, ils se préparent à investir des millions pour l'ancrer à Vancouver.

Le gardien et les Canucks de Vancouver ne seraient qu'à quelques virgules d'un nouvel et long accord, a confirmé le principal intéressé, mardi.

« Je suis vraiment sûr que nous arriverons à une entente avant le début du camp. On s'approche, mais on n'est pas encore là », a dit Luongo lorsque rencontré à Montréal à l'occasion du tournoi de poker au profit de la fondation Vincent-Lecavalier.

Les deux parties auraient déjà jeté les bases d'une entente de principe, qui serait officialisée sous peu. L'équipe n'attendrait que le retour du directeur général Mike Gillis, parti en voyage de pêche, pour annoncer le tout.

Par ailleurs, le mystère demeure entier sur la durée de l'entente. Plusieurs sources parlent de 10 ou 12 ans, ce que Luongo n'a pas nié. « C'est possible », a-t-il simplement lancé.

L'athlète de 30 ans en est à la dernière année d'un pacte de 4 ans et 27 millions. La semaine dernière, il avait fixé au 13 septembre la date limite pour la reconduction de son contrat afin d'éviter les distractions à l'ouverture du camp de l'équipe.

Si son sort n'est pas encore scellé, Luongo tient cependant en haute estime Gillis, qui, à son avis, a pris les moyens pour réaliser ses ambitions dans l'intersaison.

« Je n'ai que de bons mots pour Gillis. On voit qu'il veut construire une équipe championne, comme le confirment ses efforts pour satisfaire les frères Sedin et l'acquisition de Mathieu Schneider et de Christian Ehrhoff. »

La saison dernière, le Montréalais a maintenu une fiche 33-16-7 en plus de présenter une moyenne de buts alloués de 2,34 et un taux d'efficacité de ,920.

À l'écart du jeu pour plus d'un mois l'an dernier en raison d'une blessure à l'aine, Luongo trépigne d'impatience à l'approche de la nouvelle campagne.

« Je suis à 100 %, je m'entraîne fort et j'ai vraiment hâte à la prochaine saison », a affirmé Luongo.

Le capitaine des Canucks a aussi les yeux sur les Jeux olympiques, qui se dérouleront dans sa cour à Vancouver.

« Je viens de vivre une belle semaine au camp de l'équipe à Calgary et je souhaite vraiment faire partie de cette aventure olympique. »

Lecavalier en soutien

Vincent Lecavalier Vincent Lecavalier  Photo :  PC/Chris O'Meara

« Quand tu peux compter sur un gardien de la trempe de Luongo, tu peux l'avoir dans ton équipe pendant 10 ans sans problème. »

Vincent Lecavalier voit d'un bon oeil la perspective d'une entente à long terme entre Luongo et les Canucks. Il a lui-même paraphé un contrat de 11 saisons avec le Lightning la saison dernière.

Cette tendance s'est étendue à l'ensemble de la ligue récemment, comme en font foi les signatures de Marian Hossa à Chicago (12 ans) ou de Henrik Zetterberg à Détroit (11 ans).

« La durée n'est pas uniquement à l'avantage du joueur, mais profite aussi à l'équipe », rappelle-t-il.

Le capitaine du Lightning se réjouit par ailleurs de l'arrivée d'Alex Tanguay à Tampa Bay, à qui il a souhaité la bienvenue par téléphone la semaine dernière.

« Alex va changer notre équipe. Ça fait une grosse différence d'ajouter un joueur de sa qualité. Je ne comprends pas pourquoi il était toujours disponible si tard. Avec son talent, il aurait pu facilement trouver preneur le 1er juillet. C'est un cadeau du ciel de l'avoir à Tampa. »

Avec une brigade défensive solidifiée par l'acquisition du vétéran Mattias Ohlund et l'arrivée probable de la recrue Victor Hedman, le Lightning devrait connaître des jours plus heureux.

« Le Lightning pourrait être une équipe-surprise cette saison », a prédit Lecavalier.