Faire oublier un match... à oublier

casque_vert&or  Photo :  Université de sherbrooke

Le 1er septembre devait être soir de rédemption pour le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

Un texte de Antoine Deshaies

Battus sur leur propre terrain en demi-finale par les Carabins neuf mois plus tôt, les Sherbrookois voulaient venger l'affront subi en match éliminatoire. Mais encore une fois, les Carabins ont eu le dessus et cette fois, dans un match à sens unique, 38-14.

« Ça a été une véritable surprise pour toute l'équipe de perdre de cette façon, confie au bout du fil le vétéran secondeur Kevin Régimbald. Je ne veux pas chercher d'excuse, mais disons qu'un match préparatoire aurait été fort utile pour nous permettre quelques ajustements. »

« Les Carabins ont simplement été meilleurs que nous ce soir-là », analyse le jeune entraîneur David Lessard.

La bonne nouvelle, disent les deux représentants du Vert & Or, c'est que l'équipe s'est remise sur les rails très rapidement. Dès le match suivant à McGill, elle a montré son vrai visage avec un gain de 46-14.

« Ça aurait été facile de tomber dans le piège et d'offrir une performance ordinaire, mais les joueurs ont répondu à l'appel », résume David Lessard.

Après la victoire contre les Redmen, le Vert & Or a vaincu les Huskies de St. Mary's à Halifax, un terrain généralement hostile aux équipes québécoises qui y débarquent après un long voyage d'autobus.

Il y a le résultat et la façon. Les Sherbrookois ont réussi une poussée victorieuse à leur dernière possession offensive.

Jérémi Roch se lève

Les deux derniers matchs ont un dénominateur commun : le quart Jérémi Roch a tellement bien fait qu'il a remporté le titre de joueur offensif de la semaine au Québec.

Sans avoir été mauvais lors de l'affrontement contre les Carabins, Roch voulait certainement faire mieux, explique son complice et entraîneur.

« C'est un athlète d'élite, je ne le répéterai jamais assez souvent. C'est un joueur très cartésien qui ne se laisse pas emporter par l'émotion. Je n'étais pas du tout inquiet après son premier match. »

À ses deux derniers départs, Roch a lancé six passes de touché. Aucune de ses passes n'a encore été interceptée depuis le début de la saison. Il est le seul quart partant à présenter une telle statistique.

Équipe plus aguerrie, botteur en confiance

David Lessard rappelle que le football est avant tout un sport de confiance. Une équipe en confiance, ça fait toute la différence dans l'application du système de jeu.

C'est pourquoi le pilote s'attend, samedi, à un match beaucoup plus serré qu'à la première semaine, à un pointage plus classique des matchs Montréal-Sherbrooke.

« Notre niveau de confiance est bien différent, on forme une équipe plus aguerrie qu'à la première semaine », évalue Lessard.

« On sera plus hargneux, plus prêts, bien différents », ajoute Kevin Régimbald.

Reste que les Carabins ne sont pas invaincus pour rien.

« On reconnaît leurs qualités, ils connaissent les nôtres, explique l'entraîneur-chef. Avec Rotrand Sené et Alexandre Nadeau-Piuze comme porteur et quart, ils comptent sur une attaque bien diversifiée. Pour nous aussi, il sera crucial de présenter une attaque efficace, tant au sol que dans les airs. »

L'un des rares points d'interrogation chez les Carabins constitue toutefois un point fort du Vert & Or. Les Carabins utilisent trois botteurs par match pour les dégagements, les bottés d'envoi et les bottés de placement.

William Dion, un vétéran de cinquième année, fait bien les trois.

« C'est rare de voir un botteur prendre autant de place dans une équipe. On a tellement confiance en William Dion : il affiche une belle maturité », dit Régimbald.

Dion a réussi le 69e placement de sa carrière samedi pour donner la victoire à son équipe à St. Mary's. Son prochain botté de 3 points lui permettra de devenir le meilleur botteur de l'histoire du Réseau du sport étudiant du Québec.

Le botteur sherbrookois s'attire aussi les éloges de ses adversaires. Danny Maciocia le qualifie de meilleur botteur de la ligue. Un botteur qui pourrait faire la différence dans ce match d'une grande importance.

« On sait qu'on doit absolument les battre si on veut les devancer au classement en fin de saison, explique Kevin Régimbald. Cela dit, on veut avant tout gagner le match. Le classement, on le regardera après. »

Radio-Canada diffusera le duel samedi à 13 heures.