La Coupe Grey a 100 ans

Défaite amère

Anthony Calvillo Anthony Calvillo  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Ceux qui considéraient les Alouettes comme des abonnées à la Coupe Grey devront revoir leurs perceptions.

Un texte de Guillaume Lefrançois

Pour une deuxième année de suite, la finale de la Ligue canadienne de football se jouera sans la formation montréalaise. Propulsés par une performance légendaire de Chad Owens, les Argonauts de Toronto seront les représentants de l'Est, grâce à une victoire de 27-20 sur les Alouettes dimanche.

Owens a totalisé 346 verges, dont 207 sur réception, pour aider les Torontois à battre son ancienne formation.

La bande à Anthony Calvillo a bien failli envoyer la rencontre en prolongation, comme ça a été le cas l'an dernier en demi-finale de l'Est, également au stade olympique. Sur un troisième essai et 10 verges à franchir, Calvillo a tenté une passe vers Brian Bratton dans la zone des buts. Le ballon a bêtement bondi sur la poitrine du vétéran receveur, avant de tomber sur la pelouse et de concrétiser la fin de la saison des Alouettes.

« Je vais y penser pour le reste de ma vie. Je pense encore à une défaite que j'ai subie à l'université et ce n'était rien comparativement à ça », a commenté un Bratton à la voix tremblotante.

De son côté, Calvillo a refusé de dire si ce relais raté aura été le dernier de sa carrière. Le quart de 40 ans a offert la réponse qu'il donne depuis plusieurs saisons.

« Je vais m'asseoir, réfléchir et on verra, a commenté le numéro 13. On vient de sortir du terrain. Cette année, je ne voulais pas penser à mon avenir tant que la saison n'était pas finie. Et maintenant, c'est la dernière chose à laquelle je veux penser. Je me sens mal pour les gars dans le vestiaire. On a travaillé fort pour se rendre ici. »

Même s'il semblait moins émotif que quelques-uns de ses coéquipiers, Calvillo était tout aussi terrassé.

« Je me sens comme de la merde. On ne s'attendait pas à perdre. On donne le crédit à Toronto. Je suis fâché », a-t-il dit.

Les Alouettes sont donc exclues de la grand-messe du football canadien pour une deuxième année de suite, du jamais vu depuis l'arrivée de Calvillo comme quart titulaire de l'équipe. Ils ont atteint la finale en 2000, 2002, 2003, 2005, 2006 et de 2008 à 2010.

Les Argonauts, eux, y seront pour la première fois depuis 2004, devant leurs partisans, de surcroît. En finale, ils affronteront les Stampeders de Calgary, vainqueurs 34-29 des Lions de la Colombie-Britannique.

Faites du bruit?

C'est à se demander si le bruit des 50 112 spectateurs au stade olympique n'a pas plus nui à la défense des Alouettes qu'à l'attaque des visiteurs. Comme l'an passé en demi-finale contre les Tiger-Cats, la défense a été trop généreuse envers l'adversaire.

Les Argonauts ont totalisé 530 verges, dont 399 grâce au bras du quart Ricky Ray. S'ils n'ont inscrit que 27 points, c'est notamment en raison des trois revirements causés par la défense montréalaise en première demie.

L'unité dirigée par Jeff Reinebold a tout de même réussi à enlever le ballon aux Argonauts au quatrième quart, quand le receveur Andre Durie a vu le ballon lui échapper. Mais deux jeux plus tard, c'était au tour de l'attaque de cafouiller. Calvillo a lancé une de ses deux interceptions de l'après-midi, encore au secondeur Marcus Ball.

Les Alouettes ont fini par reprendre le ballon, jusqu'à la passe malheureuse à Bratton.

Difficile pour Calvillo

On notera au passage qu'aucune mention n'a encore été faite de S.J. Green et de Jamel Richardson dans ces lignes. Les deux dangereux receveurs des Alouettes ont été tenus en échec tout l'après-midi. Green a capté 2 passes pour 56 verges, contre 3 pour 78 pour Richardson.

Tantôt découverts, mais ignorés, on leur a souvent préféré le demi Chris Jennings et le centre-arrière Patrick Lavoie. Ces derniers ont capté 12 des 20 passes de Calvillo.

« Ils ont joué beaucoup plus de défense de zone qu'on s'y attendait, a dit Calvillo. Tu dois envoyer des passes courtes et trouver ce qu'il y a dans ce cas. »

Après le match, Green a dit à un collègue qu'il ne souhaitait pas accorder d'entrevue, tandis que Richardson était introuvable dans le vestiaire.

Calvillo a réussi 20 de ses 34 passes pour 304 verges. En plus de ses deux interceptions, il a vu son receveur Éric Deslauriers se faire arracher le ballon des mains par Pacino Horne au quatrième quart, un autre revirement coûteux pour les Alouettes.

Brouillette va mieux

Par ailleurs, les nouvelles sont encourageantes pour le secondeur Marc-Olivier Brouillette.

Le Québécois, auteur d'une performance inspirée, a semblé se blesser au cou au quatrième quart, à un tel point qu'il a été évacué du terrain sur une civière, le casque encore sur la tête.

« Everything looks good and I will be okay (tout semble bien et je serai correct », a-t-il écrit sur Twitter. Sa conjointe, qui courrait à côté de la civière sur les lignes de côté, a ajouté qu'il n'avait « rien de cassé ».

En complément