Dopage : l'affaire Armstrong

LeMond propose Richard Pound

Greg LeMond Greg LeMond  Photo :  AFP/GABRIEL BOUYS

L'Américain Greg LeMond est prêt à assurer l'intérim à la présidence. Et lundi, à Londres, il a proposé que Richard Pound succède à Pat McQuaid à la tête de l'UCI.

« S'il le faut, oui. Je veux participer au processus de changement du cyclisme. Mais je ne suis pas là pour être président, je ne suis pas un politicien », a-t-il dit lors d'une conférence de presse organisée par Change Cycling Now (CCN), un groupe de pression ayant pour but de transformer le sport cycliste.

LeMond a cité le nom de l'avocat montréalais Richard Pound, ancien président de l'Agence mondiale antidopage, qu'il « aime bien ».

L'Américain, triple vainqueur du Tour, se range dans le camp des plus sévères critiques de McQuaid. Il estime que McQuaid ne peut pas rester en poste pendant qu'un comité se penchera sur les liens possibles qu'il aurait entretenus avec Lance Armstrong.

LeMond a indiqué qu'on venait de lui demander de se porter candidat à la succession de McQuaid.

« J'aimerais bien faire partie du processus de changement. C'est le moment ou jamais d'agir, a lancé LeMond aux journalistes présents. Que propose l'UCI en ce moment? Rien. Ils (NDLR : les dirigeants de l'UCI) doivent démissionner. Toute personne honorable l'aurait fait depuis des années. »

Rappelons qu'Armstrong s'est vu retirer ses sept titres du Tour de France en plus d'être banni à vie après la publication d'un rapport accablant par l'Agence américaine antidopage (USADA).

À ce propos, autre conséquence du rapport de l'USADA, le comité exécutif du Comité international olympique (CIO) se réunit mardi et mercredi pour étudier notamment la possibilité de retirer à Lance Armstrong la médaille de bronze qu'il a gagnée en 2000 au contre-la-montre à Sydney.

Les avocats du CIO tentent actuellement de déterminer si la loi sur la prescription de deux olympiades (huit ans) pour imposer des sanctions s'applique ou non.