Deux médaillés canadiens

Kelita Zupancic (en blanc) Kelita Zupancic (en blanc)  Photo :  AP Photo/Felipe Dana

Kelita Zupancic a décroché la médaille d'or et Antoine Valois-Fortier le bronze dans leurs compétitions respectives de judo, dimanche.

Zupancic a réussi l'exploit à l'Omnium continental d'Oberwart, en Autriche, dans la catégorie des moins de 70 kg.

Après avoir gagné la médaille d'argent la semaine dernière au Grand Chelem de Paris, Zupancic a poursuivi sur sa lancée.

« Comme la semaine dernière, je me sentais en confiance, s'est réjouie d'entrée de jeu la judoka de 22 ans. Je conserve le rythme de ma tournée européenne. »

« Aujourd'hui, je me sentais un peu fatiguée de mon camp d'entraînement à Paris, mais j'ai été capable de rester positive et de tout donner. »

L'Ontarienne a remporté ses quatre combats, dont celui contre la Coréenne Kim Seong-yeon en grande finale.

« J'ai suivi mon plan de match et ç'a très bien fonctionné. Aussi longtemps que je suivais ma tactique, je savais qu'elle ne serait pas capable de me projeter et c'est exactement ce qui s'est passé. J'ai réussi à faire un point contre elle et ça m'a permis de l'emporter. »

Valois-Fortier, le judoka de bronze

Quant à Valois-Fortier, il a remporté quatre des cinq combats qu'il a disputés dans la catégorie des moins de 81 kg. C'est une victoire par ippon face à l'Autrichien Marcel Ott qui lui a permis de gravir la troisième marche du podium.

« J'ai connu une bonne journée, a déclaré le judoka de Beauport. Tranquillement, la forme revient et les résultats suivent. Je suis content de m'être prouvé que je pouvais m'adapter aux nouvelles règles. »

Valois-Fortier avait été disqualifié la semaine dernière au deuxième tour du Grand Chelem de Paris.

Le Japonais Tomohiro Kawakami, qui a défait Valois-Fortier en demi-finales, a décroché le titre dans la catégorie.

« Pour être honnête, j'étais un peu frustré d'avoir perdu contre un gars que j'avais battu à plusieurs reprises et, surtout, de la manière dont ça s'est fait. Je trouvais que c'était une drôle de décision. Il y en a eu encore quelques-unes en fin de semaine, mais c'était moins pire. On voit qu'il y a encore de l'adaptation à faire autant pour les athlètes que pour les arbitres. »