Au revoir, Richard!

Au revoir, Richard!

Au revoir, Richard! Le reportage d'Antoine Deshaies

Le journaliste vétéran et commentateur sportif Richard Garneau est mort dimanche 20 janvier à l'âge de 82 ans.

M. Garneau a succombé à des complications cardiaques à l'hôpital Royal-Victoria de Montréal.

Dans la foulée des Michel Normandin, Jean-Maurice Bailly et René Lecavalier, Richard Garneau fait partie de ces pionniers du journalisme sportif québécois tant à la radio qu'à la télévision.

Né à Québec le 15 juillet 1930, ce descendant d'historien a laissé sa marque dans les annales des médias. C'est aussi dans la Vieille Capitale qu'il a fait ses débuts en tant qu'annonceur en novembre 1953 au microphone de la station CHRC.

Diplômé de l'Université Laval et du Conservatoire d'Art dramatique Francis-Synval, Richard Garneau se destinait à une carrière d'acteur. Il avait d'ailleurs tenu un rôle de figurant dans le film La loi du silence (I Confess) d'Alfred Hitchcock tourné à Québec à l'été de 1952.

La télévision CFCM-TV de Québec lui a ouvert ses bras à la même époque. Dès 1957, il est entré à Radio-Canada, où il passera les 33 prochaines années. Il y a été tour à tour (ou à la fois) annonceur, animateur, journaliste-reporter, présentateur, descripteur et narrateur.

Il détient le record mondial pour le plus grand nombre de Jeux olympiques couverts par un journaliste, soit 23, hiver et été confondus. Au cours des cinq dernières décennies, seuls les Jeux d'Atlanta en 1996 lui ont échappé. Il a aussi décrit les Jeux du Commonwealth de 1962 à 1986, les Jeux panaméricains, les Jeux du Canada et du Québec.

Il a aussi fait les belles heures de La soirée du hockey à la télé et à la radio durant 23 ans. Au fil des années, il a connu ensuite de brefs passages à l'antenne de diffuseurs privés tels TVA et RDS.

Richard Garneau et Guy Lafleur en 1977 Richard Garneau et Guy Lafleur en 1977  Photo :  Radio-Canada

Il a reçu de nombreux prix et décorations pour l'ensemble de sa carrière, tant au Canada qu'à l'étranger, dont l'Ordre national du Québec (2000), le Prix du mérite du français (1994) et le Temple de la renommée du hockey (1999).

Les amoureux du sport pouvaient encore l'entendre tous les samedis matins à l'émission Samedi et rien d'autre aux côtés de Joël Le Bigot à la Première Chaîne de Radio-Canada.

Aimé et admiré du public, il a obtenu cinq trophées Gémeaux pour son travail impeccable à La soirée du hockey, pour le Marathon de Montréal et pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992.

Au début des années 1970, il s'est hissé en tête des hommes les plus recherchés par la gent féminine. Il avait remporté le titre du plus bel homme du Canada, concours organisé par l'animatrice Lise Payette à son émission Appelez-moi Lise.

Ces dernières années, son nom était associé aux plus grandes compétitions internationales de patinage artistique et à celles de cyclisme, dont le Tour de France et les Grands Prix de Québec et de Montréal proposés par son ami de toujours, Serge Arsenault.

Grand tant par sa taille que par ses réalisations, Richard Garneau a publié cinq ouvrages, dont une autobiographie en deux tomes, À toi Richard...

En complément