Le Vendée Globe autour du monde

Quelle route prendre?

Armel LeCléac'h Armel LeCléac'h  Photo :  AFP/Vincent Curutchet

Faut-il allonger sa route pour profiter de vents meilleurs? C'est la question à laquelle les concurrents du Vendée Globe ont eu à répondre mardi.

Le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) a pour sa part opté de se diriger sud-sud-est pour profiter de vents de l'ouest attendus. L'astuce lui a permis de se hisser au 2e rang, à 155,6 milles nautiques du meneur, le Français Armel Le Cléac'h (Banque Populaire), dans les classements publiés à 20 h (UTC).

« J'ai choisi une route un peu plus nord, c'est ma stratégie actuelle, a déclaré Le Cléac'h. Il ne faut pas changer d'option pour s'aligner avec les autres, c'est souvent l'erreur. Depuis deux jours, on a pris des choix différents. C'est intéressant de voir les différentes trajectoires. On verra ce que ça donnera, mais je ne pense pas que le Vendée Globe va se jouer ici. »

Le grand perdant de l'opération a été le Français François Gabart (Macif), relégué de la 2e à la 3e place. Dans les 24 dernières heures, il a perdu plus de 35 milles nautiques sur la 1re place, après avoir décidé de se lancer plein sud pour contourner des vents calmes attendus sur la route la plus directe.

Un autre Français, Jean-Pierre Dick, a pris la même décision et a perdu près de 100 milles nautiques sur Le Cléac'h dans la dernière journée.

« C'est très difficile de se faire un jugement sur une option comme ça, mais on va voir ce que ça va donner. Ça vaut le coup », a tout de même indiqué Dick.

En complément