Le champion est de retour

Georges St-Pierre Georges St-Pierre  Photo :  PC/Nathan Denette

Georges St-Pierre a conservé son titre des mi-moyens grâce à une victoire sur Carlos Condit par décision unanime (50-45, 50-45, 49-46), samedi, au Centre Bell lors de la soirée UFC 154.

Devant 17 244 spectateurs, GSP a défendu son titre pour la septième fois, égalant du coup le record de l'UFC.

Un texte de Jean-François Chabot

« Ce fut peut-être le combat le plus difficile de ma carrière en raison de ma longue période d'inactivité », a d'abord dit St-Pierre le visage tuméfié et enflé après avoir passé 25 longues minutes dans l'octogone.

« Je dois donner le mérite à Carlos parce que j'ai tout donné à chaque round. J'ai tout laissé dans le ring. J'étais épuisé après chaque round. Je viens de battre l'un des meilleurs de ma catégorie. »

De son côté, Condit s'est dit déçu de la tournure des événements. « J'ai trop attendu avant d'utiliser mes jambes. Je l'ai atteint solidement au 3e round, mais j'aurais dû en faire plus. Georges avait une stratégie et une technique incroyable quand il se retrouvait au-dessus de moi au sol. »

Une guerre de tranchées

Le premier round a donné lieu à une domination complète de St-Pierre. Après un bref échange de politesses, GSP a emmené son rival au plancher où il a contrôlé l'action à sa guise, laissant des marques profondes sur le visage de Condit.

Les trois premières minutes du 2e round ont été livrées debout. St-Pierre a atteint à volonté une cible de plus en plus ensanglantée. Condit restait à court de réponses face aux attaques précises, presque chirurgicales de GSP. Une fois au sol, des gauches dévastatrices martelaient le visage de Condit.

Surpris au début du 3e round, St-Pierre s'est à son tour retrouvé en difficultés. Une savate du gauche l'a envoyé à la renverse. Les coups de coude et d'avant-bras de Condit sont ensuite tombés comme des bombes. Quand GSP s'est relevé, le sang coulait de son oeil droit et un hématome gonflait à vue d'oeil sur sa tempe.

Mais St-Pierre a rapidement recouvré ses esprits pour reprendre l'initiative et ramener le combat au sol. Les partisans soufflaient de soulagement. Mais la bataille ne faisait que commencer.

Retour au tapis au début du 4e. St-Pierre se colle à son adversaire pour se donner un temps de récupération. Mais il ne peut ralentir. Condit ne se laisse pas faire. Sur le point d'être enfermé dans une prise de tête menaçante par les jambes de l'Américain, GSP se tire d'impasse. En fin de round, le favori de la foule l'a rassuré.

Au dernier round, Condit a voulu tirer profit de sa taille et de sa longue portée. Il a décoché plusieurs droites et directs au visage de GSP qui affichait lui aussi les marques d'une guerre extrêmement dure. À deux minutes de la fin, St-Pierre a renvoyé Condit au sol où il a pu reprendre les commandes.

Est-il trop tôt pour penser à Anderson Silva?

« C'est trop tôt pour n'importe quel combat. Je veux prendre des vacances et me donner le temps de réfléchir à la suite des choses et à mon avenir », a clairement dit St-Pierre.

Georges St-Pierre, samouraï 2.0