Le Vendée Globe autour du monde

Toujours aussi serré

Armel Le Cléac'h Armel Le Cléac'h dans son bateau Banque populaire  Photo :  AFP/vincent curutchet

Parcourir plus de la moitié de la planète pour n'être séparé que par la distance entre deux sorties d'autoroute : c'est le destin d'Armel Le Cléac'h et de François Gabart au Vendée Globe.

Les deux navigateurs français ont poursuivi leur dialogue, mercredi, aux avant-postes de ce tour du monde en solitaire sans escale.

Au classement de 19 h (UTC), Le Cléac'h (Banque Populaire) devançait Gabart (Macif) par 1,6 mille nautique (3 km).

À l'approche de la porte Pacifique-Est, les deux hommes devront composer avec un anticyclone en provenance du sud. Il leur faudra alors décider s'ils gardent le cap ou s'ils allongent leur route pour éviter les vents calmes.

Derrière eux, le Français Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) fait pratiquement du surplace avec ses 233 milles nautiques dans les 24 dernières heures, soit près de 200 de moins que les meneurs. Au cumulatif, il navigue en 3e place à 680 milles de la tête.

Le Suisse Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), lui, est encore moins chanceux et s'est arrêté dans la nuit près de Dunedin, en Nouvelle-Zélande, pour réparer les fixations de ses hydrogénérateurs sur le tableau arrière de son monocoque.

Treize concurrents sont toujours en mer.