Le CIO veut des réponses

Le stade Maracana de Rio

Rio reçoit cette semaine les représentants du Comité international olympique (CIO) pour la première visite du comité de coordination depuis le rappel à l'ordre sans équivoque au comité d'organisation des Jeux de 2016 (COJO).

Le CIO avait dit en décembre que « le temps filait » et que le COJO devait mettre toutes « ses énergies » dans le projet olympique. Le président du CIO Jacques Rogge avait dit qu'il espérait ne pas avoir à brandir à Rio un carton jaune, faisant référence au fait que Rio organise la Coupe du monde de soccer de 2014.

Cette visite survient après que le COJO a changé de président en raison des incertitudes quant aux échéances qui ont miné sa crédibilité. Il y a toujours des incertitudes au sujet du budget global de l'opération et de la présentation de trois sports en particulier : le site du rugby ne sera pas construit à l'endroit prévu, celui du hockey sur gazon fait toujours l'objet de négociations avec la fédération internationale et le terrain où le parcours de golf doit être construit est au coeur d'une poursuite.

La dernière visite du CIO remonte à juin 2012, soit avant la présentation des Jeux de Londres. Cette visite-ci sera dirigée par le président du comité de coordination pour Rio, Nawal El Moutawakel, accompagné du président du comité exécutif du CIO Gilbert Felli.

« Le comité de coordination entendra les comptes rendus du COJO, notamment sur la construction des sites, les transports, les services aux médias et le volet paralympique », a expliqué le CIO par communiqué.