EXCLUSIF
Universités : payer plus pour avoir moins?
Par Naël Shiab
4 septembre 2018
Les frais afférents facturés aux étudiants du Québec ont explosé de 178 % en 20 ans, alors qu'au cours de la même période, l'accès à des professeurs s'est restreint année après année, selon une analyse effectuée par Radio-Canada.
En 1997, il y avait en moyenne un professeur pour 20 étudiants dans les universités québécoises.
Mais au fil des années, ce ratio a grimpé jusqu'à atteindre un professeur pour 25 étudiants en 2015.
« Augmenter le nombre d'étudiants par classe, ça revient à parler de rentabilité en éducation, ce qui est toujours choquant. Parce que, quand je n'ai pas suffisamment d'argent pour assurer les coûts de mon système, je suis obligé de prendre ces mesures-là, non souhaitables, qui sont des coupures directes aux élèves. »
Carole Poirier
Porte-parole en matière d'éducation pour le Parti québécois
Radio-Canada a obtenu la base de données financières de l'ensemble des universités québécoises. Ces informations mettent en lumière les revenus et les dépenses de ces établissements, pour les 20 dernières années, avec un niveau de détail jusqu'alors inédit.
En 1997, un étudiant résident au Québec et à temps plein payait en moyenne 2840 $ par année, une fois l'inflation prise en compte.
En 2016, c'était 3699 $.
Il coûte donc plus cher d'aller à l'université aujourd'hui qu'il y a 20 ans. Pour rappel, ce montant est ajusté à l'inflation.
Toutefois, contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les droits de scolarité qui ont fait grimper la facture.
Les droits de scolarité sont fixés par le gouvernement. Ils ont d'abord été gelés pendant des années, mais une récente hausse rapide leur a fait rattraper l'inflation. Conséquence : en 20 ans, ils n'ont presque pas bougé!
En revanche, les frais afférents - à la discrétion des universités - ont explosé. Ce sont les responsables de la hausse de la facture étudiante des 20 dernières années.
Nous avons fouillé dans les données financières des universités pour obtenir le détail de ces frais.
Ils sont catégorisés en trois groupes. Les locations et ventes correspondent à des paiements ou des achats en lien direct avec les études (matériel, livres, etc.).
La comparaison est sans équivoque : ils ont explosé en 20 ans.
En 2013, le gouvernement s'est attaqué au problème en indexant une partie des frais afférents, aussi appelés « frais institutionnels obligatoires » (FIO). Depuis, les FIO ne peuvent pas augmenter plus vite que le revenu disponible des Québécois. Les frais d'admissions, technologiques ou des services aux étudiants sont du nombre.
Mais cette directive crée une nouvelle situation de déséquilibre. Voici les FIO pour un étudiant à temps plein, dans le programme de baccalauréat en travail social à l'UQAM et à McGill pour 2018-2019.
Si le revenu disponible des Québécois augmente de 2 % l'année prochaine, McGill aurait le droit d'augmenter ses frais de 13 $ de plus que l'UQAM.
Et l'écart se creusera de plus en plus au fil des années. En outre, c'est sans compter les autres frais, comme les cotisations étudiantes et certains services à la demande, qui ne sont pas réglementés.
« Les universités doivent s'adapter. Comment? Une manière, c'est de leur permettre en douce d'aller chercher un peu plus de fonds, avec les frais afférents. Elles peuvent aussi comprimer les dépenses, comme dans les bibliothèques. Une autre possibilité, c'est d'avoir moins de professeurs et plus de chargés de cours. »
Germain Belzile
Maître d'enseignement en économie à HEC et chercheur à l'Institut économique de Montréal
Les établissements universitaires ont effectivement modifié leurs dépenses dans le corps enseignant au cours des deux dernières décennies.
En 20 ans, ces dépenses ont grimpé de 4,5 %, par étudiant à temps plein, une fois l'inflation prise en compte.
Mais ces dollars supplémentaires n'ont presque pas servi à payer davantage de professeurs.
Les dépenses pour des enseignants-chercheurs ont augmenté de 14 $, par étudiant à temps plein, en deux décennies.
Le reste est allé à d'autres catégories de personnel.
Notre analyse permet de voir le détail de ces autres catégories.
On y retrouve les chargés de cours et le personnel de soutien à l'enseignement.
Entre 1997 et 2016, la hausse des dépenses en personnel enseignant a presque exclusivement servi à payer des chargés de cours.
« Ça veut dire qu'il y a un bassin de jeunes au baccalauréat aujourd'hui qui n'ont à peu près jamais de cours avec des professeurs. Donc ils ne sont pas ou peu sensibilisés à la recherche scientifique. Pour eux, l'université, c'est comme un cégep plus. »
Martin Maltais
Professeur à l'UQAR et président du groupe de travail sur la création d'un Institut national d'excellence en éducation
Dans le même temps, les universités ont diminué leurs dépenses pour du personnel de soutien. Cette baisse a surtout touché les étudiants à la maîtrise ou au doctorat qui étaient embauchés comme assistants.
Nous avons aussi été en mesure de quantifier la réduction du financement provincial.
De 1997 à 2009, le gouvernement du Québec a fortement augmenté son financement par étudiant à temps plein.
Mais depuis, la tendance s'est renversée. La somme reçue par les universités pour chaque étudiant est retombée, revenant quasiment à son niveau d'il y a 20 ans.
« J'ai parlé à plusieurs recteurs qui m'ont dit : "On va continuer à diplômer, mais quelle va être la valeur de nos diplômes?" Certains commencent à se poser sérieusement la question. »
Jean-François Roberge
Porte-parole en matière d'éducation de la Coalition avenir Québec
En 20 ans, le poids du financement provincial dans les revenus des universités a diminué au Québec.
Alors que les factures payées par les étudiants en représentent une part de plus en plus importante.
Même chose pour les montants supplémentaires payés par les étudiants étrangers.
« Je ne peux pas m'empêcher de me dire : "En 2012, on avait raison". On disait que le gouvernement avait renié sa responsabilité de financer convenablement les universités, qu'il prétextait le sous-financement pour aller chercher de l'argent dans les poches des étudiants. Et vos chiffres démontrent que c'est exactement ce qui s'est produit. »
Gabriel Nadeau-Dubois
Co-porte-parole de Québec solidaire et ancienne figure de proue des carrés rouges
Du côté du financement fédéral, sa part a doublé au cours des années 2000, avant de redescendre autour de 10 %.
Et, pour finir, la contribution du secteur privé a fluctué ces 20 dernières années, sans jamais dépasser 9 % du total.
Les Québécois sont plus nombreux que jamais à fréquenter les établissements universitaires. En 2015, il y avait 77 000 étudiants en équivalence au temps plein de plus qu'en 1997.
Le ministère de l'Éducation a refusé de nous fournir les données financières détaillées des universités, que nous nous sommes procurées auprès d'une autre source.

À défaut d'avoir pu parler à la ministre de l'Éducation supérieure, Hélène David, son département des communications nous a indiqué par courriel que « les enquêtes auprès des étudiants montrent que, de façon générale, ils sont satisfaits de leurs études universitaires ». L'aide financière a également été bonifiée depuis 1997 et, malgré une facture à la hausse, le Québec reste l'une des provinces canadiennes où obtenir un diplôme universitaire coûte le moins cher en Amérique du Nord.
Cependant, le système universitaire québécois est sous une pression indéniable. Ces 20 dernières années, le nombre d'étudiants a augmenté beaucoup plus vite que le nombre de professeurs.
En pleine campagne électorale, les partis mettent de l'avant différentes promesses.

Le Parti libéral du Québec souligne que son dernier budget prévoit 1,5 milliard de dollars supplémentaires pour les universités d'ici 2023.

Du côté du Parti québécois, on promet de réinvestir et d'instaurer graduellement la gratuité universitaire.

À la Coalition avenir Québec, c'est une collaboration plus étroite entre le secteur privé et les universités qui est visée.

Et à Québec solidaire, on souhaite rééquilibrer les priorités vers l'enseignement et la recherche fondamentale, en plus de promettre la gratuité pour les étudiants.
Méthodologie
Nous avons obtenu les données du Système d'information financière des universités du Québec, pour la période allant de l'année 1996-1997 à 2015-2016. L'INRS, la TELUQ et l'ÉNAP ont été exclues de notre analyse, étant donné leur mission très différente des autres établissements.
Tous les montants ont été convertis en dollars constants de 2016, pour prendre en compte l'inflation.
Pour calculer les revenus et les dépenses par étudiant, nous avons divisé les données financières par le nombre d'étudiants en équivalence au temps plein, pour chacune des années.
L'ensemble de ces données nous a été fourni par Martin Maltais, directeur du département des sciences de l'éducation à l'Université du Québec à Rimouski, qui compile et étudie minutieusement ces données depuis plus de 10 ans. Nous les avons ensuite analysées en toute indépendance.
Crédits
Naël Shiab journaliste de données, Santiago Salcido designer et Melanie Julien chef de pupitre
Publicité