Des Saskatchewanais d'origine burkinabée sous le choc

Siriki Diabagaté de Regina a vécu au Burkina Faso pendant ses onzième et douzième années scolaires Siriki Diabagaté de Regina a vécu au Burkina Faso pendant ses onzième et douzième années scolaires  Photo :  ICI Radio-Canada

En Saskatchewan, plusieurs Burkinabés demeurent ébranlés après l'attaque terroriste de vendredi soir contre un hôtel du centre-ville de Ouagadougou qui a fait 29 morts.

Maiga Rafmane, qui est originaire de Ouagadougou, a appris la nouvelle quelques heures après être revenu d'une visite auprès de ses proches dans le pays africain.

« C'est un choc et puis vraiment un grand choc, car je passais toujours devant cet hôtel-là. » — Maiga Rafmane, originaire de Ouagadougou

Euloge Kalwoulé habite à Prince Albert depuis plusieurs années. Il suivait la déstabilisation de pays voisins comme le Mali et le Niger en raison de l'activité terroriste, mais il croyait que le Burkina Faso était à l'abri. « Je ne crois pas que quelqu'un s'attendait à quelque chose de ce genre », dit-il.

Siriki Diabagaté de Regina, qui a étudié le temps de sa onzième et douzième année au Burkina Faso, a été profondément bouleversé par l'attaque.

Il déplore la mort des six Canadiens venus aider les Burkinabés à augmenter leur niveau de vie. « Ces gens-là étaient allés pour aider les Burkinabés à améliorer leur vie. C'est malheureux qu'ils aient perdu la vie en essayant d'aider les Burkinabés », dit-il.

M. Diabagaté espère que les organisations humanitaires resteront au pays et ne céderont pas à la peur.

La mention du Burkina Faso ravive de bons souvenirs pour lui, qui affirme que les attaques ne représentent en rien le peuple qu'il a connu.

« Comme le nom du pays le dit, c'est le pays des hommes intègres, dit-il, faisant référence à la signification du nom « Burkina Faso ». « Ce sont des gens très sympathiques, très accueillants, très serviables, qui partagent beaucoup. Ce ne sont pas des gens violents, les Burkinabés. Ce sont des gens qui tiennent à la vie. Ces actes-là ne caractérisent pas les Burkinabés. »

Le Burkina Faso entamait dimanche trois jours de deuil national.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet