La Saskatchewan veut un accord de libre-échange entre le Canada et la Chine

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall. Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall.  Photo :  ICI Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, voit d'un bon œil toute possibilité d'accord de libre-échange entre le Canada et la Chine.

Sa réaction survient après un article du quotidien Globe and Mail publié cette semaine. L'article affirme que Justin Trudeau compte mener une mission économique en Chine dans le but d'entamer des discussions sur un accord de libre-échange entre les deux pays.

« S'il y a un potentiel de libre-échange, je veux féliciter le gouvernement fédéral », a-t-il affirmé lors d'un point de presse vendredi.

Exportations saskatchewanaises vers la Chine

La Saskatchewan achemine principalement du canola, de la potasse et des légumineuses vers la Chine.

La Saskatchewan achemine principalement du canola, de la potasse et des légumineuses vers la Chine. La Saskatchewan achemine principalement du canola, de la potasse et des légumineuses vers la Chine.  Photo :  ICI Radio-Canada

M. Wall souligne que les exportations de la province vers le marché chinois ont augmenté de 233 % entre 2007 et 2014. La Chine est la deuxième destination pour les exportations de la Saskatchewan après les États-Unis, dit-il.

Avec des exportations vers la Chine d'une valeur totale de 2,8 milliards en 2014, la Saskatchewan a bien l'intention de maintenir ses bonnes relations avec l'Empire du Milieu.

Brad Wall dit que la prochaine étape sera d'augmenter les exportations vers les pays d'Asie du Sud-Est comme l'Indonésie, la Malaisie et Singapour.

Justin Trudeau avait auparavant laissé entendre qu'il était ouvert à l'augmentation des échanges commerciaux entre la Chine et le Canada.

Espoir chez un entrepreneur

Greg Archibald, le président de l'entreprise de machinerie Shultes Industries Limited de Saskatoon, accueille également à bras ouverts toute possibilité d'un accord de libre-échange avec la Chine.

Il espère y faire davantage d'affaires au cours des prochaines années, mais se plaint des droits de douane de 25 % qu'il doit payer pour vendre sa marchandise.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet