Accès aux écoles fransaskoises : un article de journal sème la confusion

Les précisions de Jennifer Boudreau

Les propos du directeur de l'école Monseigneur de Laval de Regina, Rémi Lemoine, publiés mercredi dans un article du journal Leader-Post, ont provoqué un malentendu sur les critères d'admission des élèves des écoles francophones.

M. Lemoine laissait entendre que les écoles du CEF peuvent non seulement accueillir les élèves ayants droit, mais aussi ceux qui excellent dans les programmes d'immersion francophone.

Ces propos laissent à penser que le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) fait la cour aux élèves des écoles d'immersion et, par le fait même, à certains parents non-ayants droit.

Un ayant droit est un parent dont la première langue apprise et encore comprise est le français, ou qui a reçu son instruction au niveau primaire en français langue première, ou qui a un enfant ayant reçu ou recevant son instruction en français au niveau primaire ou secondaire.
Source : Site web du Conseil des écoles fransaskoises

Le directeur de l'éducation du CEF, Bernard Roy, a réagi à l'article. Il admet que la publicité utilisée pour recruter des élèves est large et donne peu de précision sur les exigences, mais il veut rassurer les Fransaskois.

N'entre pas qui veut dans les écoles fransaskoises, selon Bernard Roy.

« Il y a un processus d'engagement [...] il y a des obligations envers les enfants ayants droit, mais le Conseil doit tout de même rester prudent. » — Bernard Roy

M. Roy précise que plusieurs parents d'enfants inscrits aux programmes d'immersion ont le droit d'inscrire leurs enfants dans les écoles du CEF parce qu'ils ont des racines francophones.

Le CEF précise que le nombre de non-ayants droit dans ses écoles n'a pas augmenté au cours des deux dernières années.

Pour pouvoir inscrire leurs enfants à l'école fransaskoise, les parents non-ayants droit doivent provenir de trois catégories:

  • Génération retrouvée, c'est-à-dire un parent qui a un ancêtre francophone canadien
  • Immigrant : un parent non citoyen canadien qui parle le français ou qui ne parle ni le français ni l'anglais
  • Anglophone ou allophone : un parent canadien qui choisit de s'intégrer et d'établir un lien authentique à la communauté fransaskoise

Les parents des enfants doivent aussi être acceptés par un comité d'admission et suivre à la lettre plusieurs autres critères, comme offrir à l'enfant des ressources pédagogiques françaises.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet

Facebook