Optométristes et ophtalmologistes en désaccord sur le pouvoir de diagnostiquer

Un optometritste en train de réaliser une examen de la vue.

Les optométristes de la Saskatchewan demandent le droit de poser des diagnostics et de traiter le glaucome, eux-mêmes, sauf dans certains cas graves, mais les ophtalmologistes, des médecins, estiment qu'il s'agirait d'une erreur.

À l'heure actuelle, les optométristes peuvent uniquement prescrire des traitements topiques, comme des gouttes pour les yeux, pour certaines affections, sauf le glaucome. Ils réclament de pouvoir diagnostiquer et traiter les cas précoces et modérés de cette maladie, ainsi que de pouvoir prescrire des médicaments oraux pour certaines infections oculaires.

Les ophtalmologistes estiment que ces changements seraient dangereux. Aussi, ils s'y opposent. L'avocat Bryan Salte, qui représente le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan, souligne qu'il est bien que les optométristes travaillent en collaboration avec les ophtalmologistes.

Cette collaboration, explique Me Salte, signifie toutefois que les ophtalmologistes font le diagnostic et élaborent le traitement. Une fois le patient stabilisé, un optométriste peut gérer le traitement en cours, surveiller l'état du patient et renvoyer celui-ci chez l'ophtalmologiste si son état se détériore.

« Ce ne sont pas tous les optométristes qui sont qualifiés, qui sont formés pour traiter le glaucome. Le problème devient alors de déterminer quels optométristes ont les qualifications nécessaires et lesquels ne les ont pas », soutient Me Salte.

Le gouvernement provincial a estimé que les optométristes devaient revoir leur proposition.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet

Facebook