Gravir l'Himalaya pour la lutte contre la traite de personnes

Denise Heppner Denise Heppner, de Waldheim, près de Saskatoon, sera la seule Canadienne à faire partie du Freedom Climb, ou « ascension de la liberté » 2013.  Photo :  Université de la Saskatchewan

Une femme de Waldheim en Saskatchewan s'apprête à escalader un mont dans l'Himalaya pour sensibiliser le public à la lutte contre le trafic d'êtres humains.

Denise Heppner est la seule Canadienne parmi 44 femmes qui se lanceront à l'ascension du mont Kalaphatar, près de l'Everest.

Leur aventure, baptisée Freedom Climb 2013 (« l'ascension de la liberté 2013 »), inclura une ascension jusqu'au camp de base du mont Everest, à 17 598 mètres d'altitude, puis une autre jusqu'au sommet du Kalaphatar, à 18 192 mètres d'altitude.

Elle espère amasser 15 000 $ pour sa cause et jusqu'à maintenant, elle dit se trouver à mi-chemin de son objectif.

Mme Heppner est mère de trois enfants de 2, 5 et 7 ans et vit dans une ferme près de Waldheim, à une trentaine de minutes en voiture de Saskatoon. « Je n'ai jamais escaladé une montagne avant. Je ne suis pas une athlète, ni une alpiniste d'expérience. Je ne suis qu'une maman, qui a décidé de faire une différence en faisant cela », explique-t-elle.

Elle s'entraîne donc en vue de son périple en gravissant une pente de toboggan à pic, près de sa ferme, en portant un sac à dos alourdi.

Ce qui motive la Saskatchewanaise, c'est son objectif de sensibiliser la population à la lutte contre la traite de personnes, qui touche surtout les femmes et les enfants. Elle explique n'avoir pu s'empêcher de penser à ces victimes « forcées de prendre de la drogue, de tomber enceinte à l'âge de dix ans et ensuite de se faire avorter ».

Selon Mme Heppner, l'argent amassé par son groupe de femmes sera destiné à des logements et à de la formation professionnelle pour les victimes de la traite.