L'accès à l'avortement est encore un défi en Saskatchewan

salle d'examen médical

Certains médecins saskatchewanais tentent toujours de détourner de la procédure des patientes qui veulent avoir recours à un avortement, même après que le Collège des médecins de la province eut changé sa réglementation par rapport à cette pratique.

Chrystal Clarke, qui s'est fait avorter à deux reprises en Saskatchewan, soutient que le médecin et le gynécologue qu'elle a consultés à Saskatoon ont carrément refusé de lui donner l'information nécessaire pour obtenir un avortement.

« L'information n'était pas complète, on ne m'a pas bien expliqué le processus [la première fois, en 2002] », déplore-t-elle.

Elle s'est sentie jugée et rejetée par les professionnels de la santé.

Dre Sally Mahood, Regina

Dix ans plus tard, ce genre d'histoire est encore fréquente, selon la Dre Sally Mahood de Regina.

La Dre Mahood affirme que les listes d'attentes sont parfois longues, mais le premier obstacle à l'avortement demeure l'opposition de certains médecins à la procédure pour des raisons morales.

En 2011, le Collège des médecins de la Saskatchewan a clarifié sa réglementation sur l'avortement.

Celle-ci stipule qu'un médecin peut refuser d'offrir le service, mais qu'il doit donner l'information pertinente à la patiente et la référer à un collègue.

La Dre Mahood affirme toutefois que certains médecins tentent encore de bloquer la requête des patientes:

Si le Collège des médecins de la Saskatchewan réplique que ses membres connaissent la réglementation entourant l'avortement, il admet du même coup avoir reçu récemment une plainte d'une patiente qui soutient que son médecin n'a pas respecté ses obligations.

Saskatchewan en direct Afficher le fil complet

    Facebook