Le CEF en quête de nouveaux locaux à Ponteix

École Boréale de Ponteix École Boréale de Ponteix

La décision du Centre culturel Royer à Ponteix de ne plus louer une partie de ses locaux à l'École Boréale complique les cartes du Conseil des écoles fransaskoises (CEF).

L'organisme doit en effet trouver de nouvelles salles de classe pour les élèves de la 7e à la 10e année, dès le 1er février.

Le directeur de l'Éducation du CEF, Bernard Roy, rappelle que l'organisme a obtenu 300 000 $ de la province en mai 2012 pour financer l'élaboration des plans d'un nouveau bâtiment scolaire à Ponteix.

Les modèles ont été rendus en septembre, explique-t-il, mais la construction de l'édifice semble loin des priorités du gouvernement.

« Nous avons besoin d'un espace comparable qui est acceptable pour les parents et doté d'un environnement stimulant », ajoute M. Roy.

Une porte ouverte

Le directeur intérimaire des infrastructures au ministère de l'Éducation, Sheldon Ramstead, estime que les deux classes portatives de l'école répondent aux besoins des 28 élèves.

« Ceci est probablement assez typique dans les écoles », constate-t-il.

M. Ramstead souligne néanmoins que la construction d'un établissement pourrait être inscrite dans le budget provincial de mars, si son ministère estimait que les élèves de Ponteix manquaient de place.

Parents frustrés

Certains parents craignent de voir ces négociations perturber l'éducation de leurs enfants.

« Je suis frustré avec l'état des affaires de l'école. J'ai peur que ces changements distraient les enfants », fait valoir un des parents, Daniel Roberge.

Selon une étude commandée par le CEF, l'École Boréale de Ponteix pourrait accueillir 400 élèves dans un rayon de 100 km, soit beaucoup plus que les 28 inscrits pour l'instant.