Accueil > Nouvelles



























L'arrêt des travaux en forêt commence à inquiéter
Mise à jour le vendredi 15 juillet 2005, 16 h 46 .


Les travailleurs de l'industrie forestière et sylvicole commencent à être grandement irrités par l'arrêt des activités, décrété depuis presque une semaine, en raison des incendies de forêt.

Si la plupart des opérateurs de machinerie forestière reçoivent des prestations d'assurance-emploi, les propriétaires de ces mêmes équipements sont nombreux à ne toucher aucun revenu.

Magella Archibald, porte-parole de l'association des propriétaires, croit que la situation deviendra préoccupante si l'arrêt s'étire plus d'une autre semaine : « Il ne faut pas que ça dure trop longtemps. Ces équipements, c'est bien beau de les rafistoler, mais ils sont plus rentables quand ils sont au travail que lorsqu'on les rafistole. »

Toutefois, ce sont surtout les travailleurs sylvicoles qui écopent de l'arrêt des activités en forêt. Certains saisonniers n'ont aucun revenu lors des périodes d'arrêt et sont inquiets pour leurs revenus de l'hiver.

Le président de l'Association des entrepreneurs sylvicoles, Clément Paquette, souligne que les travailleurs craignent de ne pas travailler assez d'heures pour être admissibles aux prestations d'assurance-emploi. « La saison va arrêter quand même à la fin de septembre, au mieux, aux premières neiges. Est-ce qu'ils auront assez d'heures, selon les régions, pour obtenir l'assurance-emploi? », demande M. Paquette.

Il y a encore 44 feux en activité dans les forêts du Saguenay-Lac-Saint-jean et l'indice d'inflammabilité demeure extrême.




Autres nouvelles régionales >>>

Toutes les nouvelles nationales et internationales >>>


© Radio-Canada. Tous droits réservés.