« Québec doit soutenir Rio Tinto pour devancer la réalisation des investissements dans la région » - François Legault 

L'usine Alma de Rio Tinto L'usine Alma de Rio Tinto  Photo :  Radio-Canada

Selon François Legault, Rio Tinto n'attend qu'un coup de main du gouvernement du Québec pour annoncer la réalisation des investissements promis dans la région.

Le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), terminait sa visite de trois jours à Saguenay, mardi, où il était venu entre autres annoncer le choix de sa candidate à l'élection partielle dans Chicoutimi.

Le chef de la CAQ, François Legault Le chef de la CAQ, François Legault

Pour François Legault, Rio Tinto n'attend qu'un signe de Québec pour annoncer des investissements attendus à ses alumineries d'Alma et AP-60, au complexe Jonquière.

Et cette information, il la tiendrait directement du chef de la division métal primaire Amérique du Nord de Rio Tinto, Étienne Jacques.

« M. Jacques m'a dit : si on pouvait avoir une entente avec Hydro-Québec pour avoir de l'électricité additionnelle, si on avait une offre d'Investissement Québec pour nous aider à financer le quatre milliards de dollars, que c'est certain que ça pourrait aller plus rapidement. Donc, comment ça se fait que Philippe Couillard n'est pas à temps plein dans le bureau de Rio Tinto pour essayer de négocier le devancement de la phase deux et trois de l'AP-60, pour devancer le projet d'Alma 2. On parle de 225 emplois. » — François Legault

Lors de la présentation de ses résultats financiers, le mois dernier, Rio Tinto annonçait la réduction d'un milliard de dollars par année de ses investissements prévus en 2016 et 2017 dans l'ensemble de ses installations.

Mercredi, Rio Tinto a répété ne pas avoir l'intention de réaliser des investissements dans la région pour ses alumineries d'Alma et AP60, et encore moins de demander l'aide du gouvernement pour le faire.

La porte-parole de la multinationale, Xuan-Lan Vu, a refusé de commenter la sortie du chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ), François Legault. Elle a toutefois mentionné qu'aucune demande d'aide n'avait été déposée auprès de Québec en raison des conditions difficiles du marché.

Pour sa part, le député libéral de Dubuc, Serge Simard, a critiqué les propos électoralistes du chef de la CAQ.

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet