Philippe Couillard invite Greenpeace « à se préoccuper du monde »

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le reportage de Véronique Dubé

Le premier ministre Philippe Couillard souhaite que Greenpeace ait un véritable discours de développement durable, qui tienne compte autant de l'environnement que de l'économie et du secteur social.

Un texte de Chantale DesbiensTwitterCourriel

Il réagissait à la sortie du maire de Saguenay, Jean Tremblay, qui invitait plus tôt cette semaine les travailleurs et les syndicats à se mobiliser « contre Greenpeace et les intellectuels de ce monde ».

Philippe Couillard a refusé de commenter les propos du maire Tremblay, mais a plutôt lancé une invitation à Greenpeace.

« J'aimerais ça vous entendre parler du monde un peu, lance le premier ministre. Réalisez les impacts de vos actions sur les travailleurs et sur les familles, et proposez des solutions. La solution, ça ne peut pas être "ce n'est pas grave, ils se trouveront d'autres emplois". »

« J'aimerais ça les entendre se préoccuper du monde un peu. » — Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec a aussi rappelé que Lucien Bouchard avait été nommé médiateur pour trouver une solution à la perte de la certification FSC par Produits forestiers Résolu, problème qui est soulevé dans l'intervention du maire de Saguenay. Le litige porte, entre autres, sur les relations avec les communautés autochtones et la protection du caribou forestier.

« Si l'objectif de certains est de faire en sorte qu'il n'y ait pas d'exploitation forestière de la forêt boréale au Québec, ils peuvent oublier ça, il va y avoir de l'exploitation responsable, durable de la forêt boréale au Québec, prévient M. Couillard. Deuxièmement, si l'objectif est de protéger le caribou forestier en faisant disparaître des centaines d'emplois, ça n'arrivera pas. On trouvera un plan pour les caribous forestiers, dont 75 % vivent au-dessus de la limite nordique des forêts. Il ne faut pas non plus dramatiser la situation et on ne le fera pas aux dépens des emplois. »

Le premier ministre a également souligné qu'il fait des interventions partout dans le monde pour défendre le régime forestier québécois, qu'il qualifie de meilleur de la planète.

Greenpeace ne changera pas ses pratiques

Malgré l'appel de Philippe Couillard, le porte-parole québécois de Greenpeace, Nicolas Mainville, a indiqué que son organisation n'avait pas l'intention de modifier ses pratiques ni de relâcher la pression.

M. Mainville a reproché au premier ministre de faire preuve d'une « profonde incompréhension » du rôle de Greenpeace.

Il a aussi fait remarquer que Produits forestiers Résolu ne se trouverait pas dans une position inconfortable auprès de ses clients si elle avait conservé sa certification environnementale Forest Stewardship Council (FSC).

« On peut blâmer Greenpeace pour tous les maux de la terre, mais c'est clair que c'est à l'entreprise de récupérer ce certificat-là. » — Nicolas Mainville, porte-parole de Greenpeace

Par ailleurs, il a précisé que Greenpeace était disposée à aider Résolu à récupérer sa certification.

Pour sa part, le chef de la communauté autochtone de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, considère que Greenpeace a sa place dans le débat.

« C'est un acteur important pour nous faire réfléchir, dit-il. Ils ont avantage à conclure des arrangements à la hauteur des attentes des Premières Nations. »

Il souhaite que la question des territoires de coupe se règle.

En complément

Saguenay-Lac-Saint-Jean en direct Afficher le fil complet