Mésentente au sujet de la protection du caribou forestier

green

Greenpeace et le Syndicat des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ) sont en désaccord sur les conclusions à tirer d'une rencontre, tenue cette semaine, avec la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Yves-François Blanchet.

La rencontre portait sur la protection du caribou forestier et des coupes forestières dans le secteur des montagnes Blanches, situées à 200 kilomètres au nord du lac Saint-Jean. Les droits de coupe appartiennent à Produits forestiers Résolu.

Le représentant de Greenpeace, Nicolas Mainville, est sorti satisfait de la rencontre, estimant avoir convaincu les deux ministres et les syndicats d'arrêter les coupes.

« Les syndicats, Greenpeace et le gouvernement, les deux ministres, se sont entendus pour dire que la première étape essentielle, c'est que les coupes arrêtent dans les montagnes Blanches. Maintenant, il ne manque plus qu'un joueur autour de la table, et c'est PFR. » — Nicolas Mainville, Greenpeace
Le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier Le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier compte plus de 110 000 membres.  Photo :  SCEP

La vision des choses est tout autre au Syndicat des communications, de l'énergie et du papier.

Renaud Gagné, le président du SCEP, participait à cette même rencontre.

« Moi, je n'ai pas compris ça. Si c'est ça, cette exigence-là, qui fait en sorte que Greenpeace va pouvoir proposer des solutions, peut-être que le gouvernement va l'accueillir comme ça. Mais en aucun temps, je n'ai entendu dire que le gouvernement exigeait l'arrêt des coupes. » — renaud Gagné, SCEP

Greenpeace dit avoir en main les études et analyses nécessaires pour justifier cet arrêt de l'exploitation forestière dans les montagnes Blanches.

Le gouvernement du Québec et Produits forestiers Résolus ne se sont toujours pas fait entendre à ce sujet.