Quote-part : nouveau cul-de-sac à Saint-Augustin

Le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau, n'a pu convaincre les conseillers municipaux d'accepter le projet d'entente sur les frais d'agglomération. Le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau, n'a pu convaincre les conseillers municipaux d'accepter le projet d'entente sur les frais d'agglomération.  Photo :  ICI Radio-Canada

La nouvelle entente sur le partage des frais d'agglomération a été enterrée pour de bon par le conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures, lundi soir. Sans surprise, les conseillers issus de l'ancienne administration du maire Corriveau ont refusé de l'entériner.

Au moment du vote, une majorité de citoyens présents ont néanmoins levé la main avec le maire Sylvain Juneau pour l'appuyer. Ce dernier ne s'est d'ailleurs pas gêné pour tourner en dérision le rejet de l'entente par les conseillers.

« C'est décevant. C'est difficile à saisir. J'ai l'impression qu'on fait face à une forme de perte de contact avec la réalité », a-t-il déclaré.

Selon le maire, les conseillers n'ont pas écouté la population ou les gens d'affaires dans ce dossier. Il a rappelé que les dirigeants de la Caisse populaire de Saint-Augustin se sont prononcés en faveur de la nouvelle entente modifiée pour permettre le développement résidentiel le long de la Route de Fossambault.

Sylvain Juneau accuse les conseillers d'étirer le conflit avec l'agglomération pour détourner l'attention de leur bilan sous le maire Corriveau.

« Ces gens-là ont pris des décisions séance après séance, ils vous ont endetté pour des années », a-t-il martelé sous les applaudissements de la foule.

Voix discordantes

Si la période de questions a vu bon nombre de citoyens prendre le micro pour critiquer le rejet de l'entente par les conseillers, certains résidents ont tenu à dénoncer l'attitude du maire.

« Moi, ce que j'attends de mon maire, c'est qu'il soit un rassembleur », a lancé Alain Beaurivage.

« Pourquoi on paye? Pourquoi je paye 25 millions? », a demandé André Filteau en parlant de la quote-part versée par Saint-Augustin en 2015, un montant qui devait être reconduit dans la nouvelle entente et indexé au fil des ans.

« Je pense qu'on va s'en reparler en novembre 2017 », a répliqué le maire Juneau, en faisant référence à la date des prochaines élections municipales.

La poursuite comme solution

En mêlée de presse après la levée de l'assemblée, la conseillère France Hamel a soulevé que c'était justement pour contester les sommes payées à l'agglomération que Saint-Augustin poursuivait la Ville de Québec. Rien à voir avec un désir d'entretenir le conflit, selon elle.

« C'est normal quand on reçoit une facture de poser des questions. Ce n'est pas de la chicane ça. On veut savoir pourquoi on paye », a-t-elle déclaré.

France Hamel a qualifié de « décevant » le ton acrimonieux qui a de nouveau caractérisé les échanges lors du conseil municipal.

Elle a encore une fois réclamé l'intervention d'un médiateur pour faciliter la discussion entre les conseillers et le maire Juneau.

« On en a besoin. Un médiateur va faire en sorte qu'on va se parler et qu'on va avoir une vision commune pour cette ville-là », a-t-elle conclu.

Québec en direct Afficher le fil complet