Des chauffeurs d'Uber accusés de travailler au noir

Reportage : des courses non déclarées chez Uber

Des chauffeurs de taxi accusent des chauffeurs d'Uber de travailler au noir. Quatre employés du service de covoiturage ont été filmés à leur insu alors qu'ils effectuaient des courses non déclarées.

Les chauffeurs d'Uber ont été piégés par des chauffeurs de taxi se présentant comme de simples clients. Ils ont d'abord été contactés par le biais de l'application UberX et la course a été réglée dans les règles à l'aide d'une carte de crédit.

Une fois arrivé à destination, une nouvelle course a été proposée au chauffeur d'Uber et dans au moins quatre cas, un paiement en argent comptant a été accepté, sans reçu. La commission de 20 à 25 % normalement versée à Uber n'a donc pas été perçue.

Abdallah Homsy presse le gouvernement d'agir dans le dossier d'UBER. Abdallah Homsy presse le gouvernement d'agir dans le dossier d'UBER.  Photo :  ICI Radio-Canada

Pour le Regroupement des intermédiaires en taxi de Québec (RITQ), c'est la preuve que l'arrivée d'Uber à Québec ouvre toute grande la porte au travail au noir.

« On savait que ça allait arriver. C'est ça le problème quand il n'y a pas de garanties et qu'il n'y a pas de surveillance, pas de taximètre », déplore le porte-parole Abdallah Homsy.

Selon lui, le comportement des chauffeurs pris en défaut est « aberrant ». Le RITQ affirme avoir acheminé une plainte officielle à Revenu Québec.

Uber lance un avertissement

Chez Uber, personne n'était disponible pour nous donner une entrevue dans ce dossier. Par courriel, le porte-parole d'Uber Canada, Jean-Christophe de Le Rue, nous a cependant précisé « que les paiements en argent comptant ne sont simplement pas tolérés sur la plate-forme. »

Il ajoute qu'un chauffeur qui viole cette consigne s'expose à des mesures disciplinaires pouvant aller jusqu'au congédiement.

De son côté, Abdallah Homsy admet qu'un chauffeur de taxi traditionnel pourrait aussi se livrer au travail au noir. Il estime cependant que la réglementation qui encadre l'industrie limite les abus.

Québec en direct Afficher le fil complet