Gel de taxes en 2017 et 2018 à Québec

La ville de Québec, quartier Montcalm La ville de Québec  Photo :  ICI Radio-Canada/Maxime Corneau

La Ville de Québec annonce qu'elle n'augmentera pas les taxes municipales résidentielles des propriétaires pour les deux prochaines années.

L'annonce a été faite par le maire Régis Labeaume qui dit prendre cette décision pour donner « un moment de répit » aux contribuables dans un contexte budgétaire difficile, citant par exemple la faible valeur du dollar canadien.

« Il y a peut-être juste l'essence qui a diminué dans les derniers mois. Le citoyen moyen a l'impression qu'on lui en demande de partout », dit le maire.

Pour une résidence moyenne évaluée à 283 000 $, la Ville estime que les propriétaires économiseront 57 $ en 2017 et 115 $ en 2018.

La mesure aura toutefois un impact sur les finances de la municipalité. La Ville calcule que cette décision la privera de 12 millions de dollars dès la première année.

Le maire Régis Labeaume annonce un gel de taxes pour deux ans. Le maire Régis Labeaume annonce un gel de taxes pour deux ans.  Photo :  ICI Radio-Canada

Selon Régis Labeaume, ce sont les économies générées par les nouvelles règles de partage des coûts des régimes de retraite qui permettent de concrétiser cette mesure. « Je n'aurais jamais fait ça avant le règlement sur les régimes de retraite. Je ne sais pas comment on aurait pu planifier ça. »

L'administration Labeaume prévoit récupérer le reste du coût du gel de taxes dans une gestion plus rigoureuse de ses dépenses. Le maire Labeaume n'exclut d'ailleurs pas des mises à pied dans certains services des municipalités.

En ce qui concerne le secteur commercial, le maire affirme que les commerçants devront attendre.

« Dans la même année, on ne peut pas annoncer une baisse de la dette, un gel de deux ans des taxes résidentielles, puis agir sur les taxes commerciales, on ne peut pas faire ça. »

L'opposition se félicite

Pour le chef de Démocratie Québec, le gel des taxes résidentielles est directement relié au travail de son équipe. « Finalement, il [Régis Labeaume] a compris et donne suite à ce qu'on dit depuis 2013! », se félicite Paul Shoiry.

L'opposition croit toutefois qu'il aurait été possible de décréter ce gel de taxes dès cette année. « La réforme [des régimes de retraite] est faite et il aurait pu le faire en 2016 », ajoute M. Shoiry.

Démocratie Québec souhaite que la Ville étende ces mesures fiscales aux bâtiments commerciaux.

Paul Shoiry a rappelé que deux propriétaires de commerces de Québec, le restaurant la Crémaillère et la Poissonnerie chez Jeff, ont annoncé leur fermeture en attribuant une partie de leurs déboires à la hausse du compte de taxes.

« Les commerces, les petites entreprises, les commerces de quartier, faut trouver un moyen de leur donner un environnement fiscal qui leur permet de passer à travers la crise. Et pour ça, il n'y a rien sur la table. »

Québec en direct Afficher le fil complet