Feu à Charlesbourg : Jason Chicoine raconte son saut du 4e étage

Le jeune Jason raconte

Jason Chicoine, qui a dû sauter du quatrième étage de son logement pour échapper aux flammes mercredi matin à Québec, n'est pas près d'oublier la terrible expérience. Si lui s'en sort pratiquement indemne, ce n'est pas le cas pour sa mère et son conjoint. 

« Moi, je suis correct, mais c'est ma mère qui est la plus blessée là-dedans », raconte le jeune de 10 ans rencontré chez son oncle en fin d'après-midi. « Elle a la mâchoire pétée, les deux genoux fracturés, le nez pété, on voit l'os sortir de son menton et elle a un oeil au beurre noir. »

Sa mère est toujours maintenue dans un coma artificiel à l'hôpital, mais les médecins ne craignent pas pour sa vie. Jason a été plus chanceux, il n'a subi qu'une légère brûlure au bras. 

Le garçon raconte que les flammes et la fumée étaient très importantes dans l'appartement lorsqu'ils ont décidé de quitter le logement par la fenêtre. Toutes les issues à part la fenêtre étaient bloquées par le brasier.

Jason a été le premier à sauter. Sa mère l'a suivi, puis son beau-père. Le garçon dit ne pas avoir eu peur, malgré la hauteur. Mais il n'estime pas avoir été particulièrement courageux. Pour lui, le héros dans l'histoire, c'est son beau-père. « Il a les deux jambes finies, mais il pourra quand même marcher. Il s'en foutait de son sort, c'est seulement ma mère qui comptait », souligne-t-il.

Jason vivra maintenant chez son oncle et sa tante le temps que sa mère se rétablisse.

Il avait aussi une inquiétude quant au sort de leurs biens matériels. « On ne sait pas encore si elle [sa mère] a les assurances contre le feu », dit-il.

Des questions sans réponse

L'oncle de Jason, Alexis Collin, dénonce que ses proches aient dû sauter de l'appartement. Selon lui, les pompiers n'arrivaient pas à déployer la grande échelle pour aller chercher les victimes et il s'est écoulé « un bon 10 minutes si ce n'est pas plus » avant que la famille ne fasse le terrible saut.

« Ils [les pompiers] auraient dû faire un plan b quand ils ont vu que l'échelle marchait pas », soutient-il, toujours sous le choc. 

Il espère maintenant que l'enquête du service d'incendie permettra de faire la lumière sur les événements.