Jean-Paul L'Allier, un maire admiré au-delà des frontières de sa ville

Reportage : des témoignages élogieux

Précurseur, idéateur, visionnaire, les qualificatifs n'ont pas manqué dans la journée pour décrire l'ancien maire de Québec, Jean-Paul L'Allier, dont le décès subit a provoqué une onde de sympathie parmi ses proches, anciens collègues et nombreux politiciens, ici comme en France.

L'homme qui a été maire de Québec pendant 16 ans aura laissé sa marque dans le paysage politique par sa vision et son engagement pour mener à bien les projets qui lui tenaient à cœur.

L'ancienne ministre des Affaires municipales, Louise Harel, se souvient de Jean-Paul L'Allier comme d'un « précurseur ».

« C'est quelqu'un qui a eu une influence extrême au Québec. C'était un idéateur en même temps qu'un homme d'action, mais aussi un intellectuel. »

L'ancienne ministre péquiste affirme lui devoir beaucoup dans le dossier des fusions municipales, à la fin des années 1990, un dossier qu'il a mené de front avec conviction.

Homme de passion

Dans un communiqué, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, salue pour sa part l'homme de « culture et de passion » qu'a été M. L'Allier.

« Jean-Paul L'Allier a profondément marqué le Québec, tant comme ministre que comme défenseur de la démocratie municipale et de la francophonie, mais aussi en tant que maire de la ville de Québec, qu'il affectionnait tant. [...] Il a fait avancer sa région, la capitale nationale, ainsi que tout le Québec. Il restera pour nous tous une véritable source d'inspiration », a déclaré le premier ministre.

Agnès Maltais, députée péquiste de Taschereau, qui a travaillé au sein du Rassemblement populaire aux côtés de Jean-Paul L'Allier, parle aussi d'un homme visionnaire dans sa façon d'aborder une ville et son économie.

« Il avait beaucoup d'ambition pour la ville, mais toujours en écoutant les gens, les citoyens. »

Apprécié jusqu'en France

L'annonce de la mort de Jean-Paul L'Allier a eu des échos en France. L'ancien premier ministre français Jean-Pierre Raffarin, qui l'a côtoyé à plusieurs reprises à partir des années 1990, avait beaucoup « d'affection personnelle » à son égard.

« J'étais très admiratif de ce qu'il avait fait pour Québec, pour la restructuration de certains quartiers, pour la réussite du grand Québec, pour cette personnalité très engagée sur le terrain culturel, sur la francophonie. Il avait tout pour plaire à un Français, Jean-Paul », a affirmé M. Raffarin en entrevue téléphonique.

Homme de coeur

De son côté, Claude Cantin, proche collaborateur, se souvient d'un homme de coeur, soucieux des autres et de la démocratie.

Jean-Paul L'Allier, qui devient pour la première fois maire de Québec en 1989, sous la bannière du Rassemblement populaire, aura rapidement fait sa marque.

« Quand il a été élu maire de la ville de Québec, il est devenu rapidement le maire du Québec. On se référait souvent à lui parce que c'était le maire le plus proéminent de la province à ce moment-là. »

Des proches surpris et bouleversés

Denis de Belleval, ami de longue date et ancien directeur général de la ville de Québec, correspondait quotidiennement avec Jean-Paul L'Allier. Le décès de l'homme politique attriste profondément M. de Belleval qui ne le savait pas malade.

« Je viens de perdre un ami, d'abord et avant tout, un compagnon de lutte aussi, compagnon de travail. [...] J'ai côtoyé pas mal de gens exceptionnels dans ma vie et Jean-Paul L'Allier est au sommet ».

Il souligne l'homme idéaliste, l'homme d'action, humain et intègre qu'était M. L'Allier. « Jean-Paul L'Allier, c'est pas quelqu'un qui jouait un rôle, c'est un homme qui aimait faire des blagues, qui était très simple dans la vie de tous les jours comme dans la vie publique. »

Pierre Boucher, ami et ancien conseiller spécial à la Ville de Québec, décrit Jean-Paul L'Allier comme un grand communicateur.

« Jean-Paul était un immense communicateur, c'était facile pour lui de prendre la parole, il savait comment en 1 minute, en 10, en 30, tenir son auditoire. Il partait de quelques mots et avait la faculté extraordinaire de nous dire des choses intelligentes de façon intéressante. »

Jean-Paul L'Allier est mort dans la nuit de lundi à mardi à l'Hôtel-Dieu de Québec après une courte maladie. Il avait 77 ans.

Québec en direct Afficher le fil complet