Huit ans de prison pour trafic de « sels de bain »

Drogue La drogue surnommée « sels de bain »  Photo :  PC/AP Photo/The Patriot-News, Chris Knight

Une peine exemplaire est imposée à un trafiquant de drogue de Sainte-Brigitte-de-Laval. Patrice Genest devra purger huit ans de prison pour avoir dirigé un réseau de trafic d'une drogue de synthèse particulièrement dévastatrice.

Le méthylènedioxypyrovalérone (MDPV), aussi appelé « sels de bain », est une cocaïne synthétique qui s'apparente aux méthamphétamines. Cette drogue fait des ravages chez les consommateurs puisqu'elle coûte moins cher que la cocaïne tout en étant aussi puissante.

La juge Christine Gosselin a tenu compte des conséquences très graves de la consommation de drogue de synthèse pour retenir la proposition de la poursuite d'imposer huit ans de détention. La défense réclamait une peine de trois ans.

« Nous sommes en présence d'un individu qui ne démontre aucun scrupule à mettre en marché un produit dont il connaît la nocivité pour peu que ses aspirations monétaires soient satisfaites », écrit la juge.

La procureure de la Couronne, Me Sandra Rioux, est satisfaite de la peine imposée par la juge. « C'est important parce que ça envoie un message clair aux gens qui auraient l'intention de faire la même chose que M. Genest », soutient-elle.

Le résident de Sainte-Brigitte-de-Laval a des antécédents judiciaires et la juge « anticipe des possibilités de réhabilitation à peu près nulle » dans son cas.

Patrice Genest, qui avait été déclaré coupable au terme du procès, a porté le verdict en appel.

Un commerce lucratif

Patrice Genest Patrice Genest  Photo :  Facebook

Patrice Genest avait créé un réseau pour écouler cette drogue dont le composé chimique est devenu illégal en septembre 2012. Les ventes se faisaient dans la grande région de Québec, sur la Côte-Nord et au Saguenay.

Le trafiquant développait aussi une nouvelle drogue de synthèse à l'aide de nouvelles molécules qui n'étaient pas encore déclarées illégales.

Très volubile, l'homme de 37 ans s'était vanté aux policiers d'avoir écoulé de 2 à 3 kilos de drogue par semaine avant son arrestation.

« Patrice Genest s'enorgueillit devant les policiers d'avoir mis en péril le marché de la cocaïne dans la région de Québec », note la juge Christine Gosselin dans sa décision de 35 pages.

Selon Patrice Genest, son commerce lui rapportait 2000 $ par jour.

D'après les renseignements de Yannick Bergeron.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook