Le développement urbain de Québec à travers le temps

L'interface Toucher l'histoire L'interface Toucher l'histoire

Avec son projet de carte interactive Toucher l'histoire/Touch History, l'historien originaire de Québec Louis-Pascal Rousseau, qui œuvre dans le domaine des sciences humaines numériques, propose de naviguer dans le développement urbain de Québec à travers le temps, en quelques clics.

Le chercheur, actuellement au postdoctorat à l'Université de Pennsylvanie en sciences humaines numériques, présente son projet cette semaine à Québec dans le cadre du 47e colloque en archéologie de la Society for Historical Archaeology.

Le projet Toucher l'histoire permet de visualiser en 3D les cartes de Québec tracées à différents moments de son histoire et d'y repérer certains points d'intérêt.

Les lotissements du Petit Séminaire, du quartier Saint-Roch, du quartier Saint-Jean-Baptiste, par exemple, peuvent être identifiés sur une carte datant de 1775.

L'application fait appel à des bases de données déjà existantes, explique Louis-Pascal Rousseau.

« L'application peut se connecter à des bases de données existantes et y chercher les informations voulues. Par exemple, elle peut se connecter au serveur d'un centre d'archives gouvernemental et y puiser les documents cartographiques, photographiques et textuels déjà numérisés dont elle a besoin », précise-t-il.

Le prototype actuel de Toucher l'histoire puise dans les données de Bibliothèque et Archives Canada.

En discussion avec la Ville de Québec

Des discussions sont actuellement en cours avec la Ville de Québec afin d'adapter l'outil à ses besoins et d'établir une collaboration pour permettre l'alimentation de l'application à même les archives de la ville.

« C'est un outil technoculturel de pointe s'adressant aux villes à caractère hautement historique et patrimonial, comme Québec, désirant accélérer, préciser et optimiser leurs décisions concernant l'aménagement de son territoire ainsi que la préservation et la mise en valeur de son patrimoine bâti », souligne M. Rousseau.

L'application pourrait permettre d'obtenir de manière accessible de nombreuses informations relatives à un bâtiment et une époque spécifique et, par exemple, faciliter la prise de décision quant à l'aménagement d'un territoire patrimonial.

« Chaque année, les centres d'archives des villes historiques comme Québec reçoivent de la part de ses citoyens des centaines, voire des milliers de demandes pour obtenir des photos anciennes et d'information sur des bâtiments et des secteurs urbains. L'application permet à tous d'aller les puiser directement et aisément, sans passer par les processus habituels souvent fastidieux », illustre par ailleurs M. Rousseau.

Participation du public souhaitée

Le responsable du projet Toucher l'histoire souhaite de plus que les citoyens bonifient le projet en ajoutant leurs propres photographies anciennes qui témoigneraient de l'évolution du patrimoine bâti de Québec. Des informations spécifiques concernant certains lieux pourraient ainsi être intégrées au projet.

Un premier appel au public a notamment permis d'obtenir des photographies anciennes et une description de la Villa Montcalm de Beauport, démolie en 1977. Le bâtiment aurait été utilisé par le général français et ses troupes en 1759.

Le prototype de Toucher l'histoire sera dévoilé au public samedi après-midi à l'occasion de l'événement Pleins feux sur l'archéologie, qui se tiendra dans le cadre du congrès au Centre des congrès de Québec.

Québec en direct Afficher le fil complet