Près de quatre millions pour la recherche sur le cancer de la prostate

Faire un lien entre les habitudes de vie et le cancer de la protate

Le gouvernement du Québec et la Société de recherche sur le cancer investissent pour financer une étude sur les liens entre l'environnement et le cancer de la prostate.

L'investissement de 3,7 millions de dollars permettra aux chercheurs de réunir un maximum de preuves scientifiques pour démontrer l'effet de divers éléments de l'environnement sur les risques de développer un cancer.

Les chercheurs de l'Université Laval et de McGill, qui dirigeront les travaux, prendront en considération plusieurs facteurs, tels que l'activité physique et la qualité de l'alimentation, mentionne le chercheur du CHU Yves Fradet.

« Le projet que l'ont fait ici vise vraiment deux aspects importants de cet environnement qui peut-être un élément promoteur du cancer, en particulier le cancer de la prostate. [...] Ce que l'on mange, la diète est un élément extrêmement important et qui peut favoriser le développement de cancer », mentionne-t-il.

La recherche permettra donc éventuellement de confirmer les liens entre certaines habitudes de vie et l'incidence du cancer.

Les chercheurs tenteront également de confirmer si certaines molécules dans le sang pourraient jouer un rôle dans le développement ou la prévention de ce cancer.

Près de 3000 Québécois seront appelés à participer à l'étude. Des hommes à risque de cancer de la prostate seront recrutés et leurs habitudes de vie seront mesurées et évaluées au cours de ce projet de cinq ans.

Si les travaux s'avèrent concluants, le projet pourrait permettre de proposer des mesures comprenant de l'exercice, une diète personnalisée et un test sanguin pour prévenir la maladie.

Chaque semaine, 400 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate, le type de cancer plus fréquent chez les hommes.

D'après les estimations, au cours de sa vie, un homme sur 7 en sera atteint et un homme sur 27 en décédera, a souligné mardi le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Pierre Duchesne.

Québec en direct Afficher le fil complet

    Facebook