Colonies de goélands à Limoilou : combattre le bruit par le bruit

La Ville de Québec tente de chasser les goélands dans Limoilou. La Ville de Québec tente de chasser les goélands dans Limoilou.

La Ville de Québec procède depuis une semaine à des effarouchements, matin et soir, afin de déloger les colonies de goélands qui se sont installés près de l'incinérateur à Limoilou.

Des résidents se sont plaints à la Ville récemment d'être incommodés par le bruit. D'autres déplorent que le secteur soit parsemé de fientes.

Le porte-parole de la Ville, David O'Brien, précise que ce site n'avait jamais été problématique dans le passé, et que la Ville n'a pris connaissance de la situation qu'après la nidification ce qui complique l'intervention.

La Ville entend installer des canons automatiques, de façon permanente, et procéder au réaménagement du terrain dans les prochains jours. « On va déplacer les sites de terre, qui attirent les goélands de sorte à rendre le terrain moins propice à leur habitat », dit-il.

David O'Brien avance que l'actuelle configuration du terrain, constitué d'amoncellements de terre, est invitante pour les goélands, et que les travaux de réaménagement permettront de régler le problème.

Or, selon le professeur de biologie à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Jean-Francois Giroux, ces colonies seraient surtout attirées par la nourriture et utiliseraient l'endroit comme aire de repos et non pour la nidification. Ce dernier doute d'ailleurs que les moyens employés par la Ville ne suffisent à déloger les oiseaux.

« Cet effarouchement-là avec des canons à propane ou des effigies qui vont faire du bruit peut être efficace sur de courtes périodes. Les animaux vont s'habituer voyant qu'il n'y a pas beaucoup de danger », note-t-il

Le professeur estime que la Ville devrait plutôt utiliser des oiseaux de proie pour faire fuir les colonies : une méthode, dit-il, dont l'efficacité a fait ses preuves, même à long terme.

Québec en direct Afficher le fil complet