Deux étudiants contre l'adhésion automatique à une association étudiante

Le compte rendu de Louise Boisvert

Deux étudiants de l'Université Laval veulent faire cesser l'adhésion automatique à une association étudiante. Laurent Proulx et Miguel Bergeron viennent de déposer une requête en Cour supérieure au palais de justice de Québec.

Laurent Proux, qui a été le premier à obtenir une injonction pour pouvoir assister à ses cours durant le conflit étudiant, veut mettre fin au « monopole » des associations étudiantes.

Accompagné d'un autre étudiant de l'Université Laval, Miguael Bergeron, il soutient que l'adhésion obligatoire aux associations étudiantes et la cotisation réclamée ne respectent pas la Charte canadienne des droits et libertés.

« Notre prétention, c'est que ça viole nos droits, les droits de l'Homme tel reconnu dans plusieurs pays, comme la France ou la Commission européenne des droits de l'Homme. Notre but, c'est de faire abroger plusieurs articles de la Loi sur l'accréditation et le financement des associations étudiantes », explique Miguael Bergeron.

Dans leur requête déposée mercredi matin en Cour supérieure, les deux étudiants réclament la possibilité de créer de nouvelles associations et de se joindre à celle de son choix.

Actuellement, chaque étudiant inscrit dans un cégep ou une université est obligé d'être membre d'une association étudiante et de verser une cotisation. À défaut de quoi, il n'est pas considéré comme étant inscrit.

Il est toutefois possible de se retirer d'une association étudiante en formulant une demande. Certaines associations acceptent aussi de rembourser les cotisations si l'étudiant le désire. Miguael Bergeron soutient toutefois que cette façon de faire n'est pas démocratique puisque la décision de rembourser ou non est à la discrétion des organisations.

Selon lui, il serait préférable d'adopter au Québec le système français ou chaque étudiant à la liberté de se joindre à l'association de son choix.

La CADEUL « surprise »

Le président de la Confédération des associations d'étudiants et d'étudiantes de l'Université Laval (CADEUL) s'est dit surpris par cette requête. La procédure pour se désaffilier d'une association est très simple à l'Université Laval, selon lui, et à peine quelques dizaines d'étudiants sur les 28 000 membres demandent à se retirer chaque session. « C'est un formulaire qu'on peut remplir à la réception », explique Martin Bonneau.

La cotisation annuelle par étudiant est d'environ 13 dollars à l'Université Laval. Une somme qui sert davantage à la vie étudiante qu'aux activités politiques. « Les activités politiques, comme faire des manifestations, ne coûtent pas très cher comparativement à mettre en place un marché du livre usager ou ouvrir un pub universitaire. C'est grâce aux cotisations qu'on peut avoir le financement pour mettre ces projets en place », poursuit Martin Bonneau.

Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook