Système de paye Phénix : le gouvernement Trudeau ratera la cible du 31 octobre

Phénix : 30 000 fonctionnaires attendent toujours

Le gouvernement fédéral confirme que tous les problèmes du système de paye Phénix ne seront pas complètement réglés le 31 octobre.

La sous-ministre de Travaux publics et des services gouvernementaux, Marie Lemay, indique que 62 % des 82 000 cas identifiés en juin, soit 51 000 ont été réglés.

Elle n'a pu dire avec précision combien de cas il restera à régler le 31 octobre, indiquant qu'il pourrait y en avoir « autour de 15 000, mais ça va peut-être être mieux, on va peut-être être autour de 10 000 », soutient Marie Lemay.

Le ministère des Travaux publics et des Services gouvernementaux s'était pourtant donné jusqu'au 31 octobre, soit d'ici moins de deux semaines, pour corriger les erreurs liées au nouveau programme automatisé.

Marie Lemay a également précisé que jusqu'à présent, 1400 demandes de paye d'urgence ont été faites au Centre de la paye de Miramichi.

Par ailleurs, depuis la mise en place d'un programme d'indemnisations des employés lésés par les ratés de Phénix, 92 demandes avaient été traitées au 14 octobre dernier. Le montant total des indemnités versées à ce jour n'a pas été dévoilé, mais un haut responsable a indiqué que des montants de plus de 500 $ ont été versés dans 20 cas.

Les syndicats réagissent

De leur côté, les syndicats représentant les fonctionnaires fédéraux suivent la situation de près. Dans une vidéo publiée sur YouTube, la présidente de l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) souligne l'ampleur des conséquences pour les employés fédéraux.

Debi Daviau estime que le système Phénix est « catastrophique pour les finances de [ses] membres ». Elle dénonce également le fait que le gouvernement n'ait pas donné le nombre total de nouveaux cas problématiques depuis juin.  

À l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), le vice-président exécutif régional pour la région de la Capitale nationale, Larry Rousseau, n'est pas surpris de voir le gouvernement rater la cible du 31 octobre. Et il se dit peu rassuré par ce qu'il entend.

Le whip en chef du gouvernement offre ses excuses

Le député d'Orléans et whip en chef du gouvernement, Andrew Leslie, reconnaît lui aussi les lacunes et qualifie de « désastre » la situation.

« C'est inacceptable et on doit faire mieux pour redresser la balance [pour que] les fonctionnaires aient confiance que leur paye va être là, dès qu'ils en ont besoin. » — Andrew Leslie, député d'Orléans et whip en chef du gouvernement

M. Leslie offre ses « excuses les plus profondes » pour les ratés du système. Même si l'origine du problème remonte à quelques années, il ajoute : « nous sommes le gouvernement d'aujourd'hui et nous sommes responsables ».

Andrew Leslie souligne par ailleurs l'excellence du travail des fonctionnaires fédéraux. « On les respecte beaucoup. On sollicite leur appui, leur sagesse. Je pense qu'on a bien établi une nouvelle direction pour les liens parmi les membres du gouvernement et la fonction publique », soutient-il.

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet