Clinique dentaire gratuite pour les réfugiés syriens d'Ottawa

Le reportage de Nathalie Tremblay

Les réfugiés syriens arrivés à Ottawa commencent tranquillement à s'installer dans la capitale canadienne. Pour plusieurs d'entre eux qui n'ont jamais consulté de dentiste, cette arrivée au pays est maintenant synonyme de rattrapage.

Pour une deuxième fois vendredi, le Service de santé publique d'Ottawa tenait une clinique dentaire gratuite pour ces réfugiés, financée par le gouvernement fédéral. 

Une quarantaine de dentistes, autant du service de santé publique que du privé, ont donné bénévolement de leur temps.

La participation  des professionnels de la santé a été très bonne explique le Dr Aaron Bury.

« À la clinique, on compte normalement trois dentistes, mais ce matin on était six grâce à trois dentistes de la communauté. C'est vraiment extraordinaire, je suis vraiment content de voir ça », dit-il.

Avant de s'asseoir dans le fauteuil d'un dentiste, une hygiéniste dentaire de la Ville faire une première évaluation en visitant les centres d'accueil pour réfugiés.

Ceux-ci sont par la suite référés aux dentistes lors de ces cliniques du vendredi

Grand besoin de soins

La santé buccale de nombreux réfugiés syriens est souvent dans un état lamentable.

La Santé publique d'Ottawa donne en exemple le cas de deux petits garçons qui devront probablement subir une anesthésie générale afin de traiter leurs nombreuses caries et infections en bouche.

C'est la dentiste pédiatrique Mandana Nikoui qui les a évalués.

« Ils ont besoin de traitements le plus tôt possible. Ils sont très anxieux après être passé à travers des moments très difficiles, j'ai de la difficulté à prendre soin de leurs dents. » — Dre Mandana Nikoui, dentsite

Les dentistes ne feront pas que traiter des cas urgents, ils souhaitent également faire de la prévention et de l'éducation auprès des réfugiés syriens.

« Moi mon but comme dentiste spécialiste pour les enfants, c'est d'essayer de leur apprendre la base comme le nettoyage des dents et le brossage », ajoute la Dre Nikoui.

Compte tenu du nombre de réfugiés arrivés à Ottawa, mais surtout des nombreux problèmes de santé dentaire, on prévoit tenir ces cliniques jusqu'en mai.

Sans donner de chiffres précis, on estime que des centaines de patients pourraient ainsi être traités.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet