Un présumé djihadiste accusé de harcèlement criminel à Gatineau

Les explications de Geneviève Garon

Un présumé sympathisant du groupe armé État islamique (EI) se retrouverait dans la mire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), selon l'avocat qui le représente.

Ismael Habib, 28 ans, a été arrêté samedi à Gatineau pour une affaire de harcèlement et de menaces de mort.

Il fait face à quatre chefs d'accusation de harcèlement criminel, de menaces de mort, d'emploi d'un document contrefait et de possession d'une pièce d'identité appartenant à un tiers.

L'homme aurait aussi eu en sa possession un outil pour produire de faux documents.

Selon Me Jacques Belley, son client Ismael Habib aurait voulu quitter le pays pour rejoindre les rangs du groupe armé État islamique. Il n'a toutefois pas encore été accusé relativement à des activités terroristes.

Lors de l'enquête sur des allégations recueillies à la suite de son arrestation le week-end dernier, un proche d'Ismael Habib aurait confié aux policiers que l'homme avait une conjointe en Turquie et qu'il souhaitait la rejoindre.

Son avocat affirme que c'est à la suite de cette arrestation qu'il a été avisé que son client était surveillé par la GRC, parce que celui-ci aurait tenté de se rendre en Turquie pour rejoindre un camp d'entraînement du groupe armé État islamique.

Son passeport lui aurait ensuite été retiré, toujours selon son avocat.

« Monsieur [fait l'objet d'une] enquête par la GRC pour vouloir fuir le Canada et rejoindre les djihadistes. » — Me Jacques Belley, avocat d'Ismael Habib

L'enquête de remise en liberté d'Ismael Habib doit avoir lieu jeudi, au palais de justice de Gatineau.

La Couronne a déjà indiqué qu'elle s'opposera à sa remise en liberté.

De son côté, la GRC n'a voulu ni confirmer ni infirmer ces informations.

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet