Bilinguisme d'Ottawa : Jim Watson maintient sa position 

Les explications de Jérôme Bergeron

Le maire d'Ottawa ne fléchit pas. La capitale nationale ne deviendra pas une ville officiellement bilingue.

Jim Watson n'a pas voulu commenter la nouvelle approche proposée par les principaux groupes francophones d'Ottawa, vendredi, pour changer le statut linguistique de la capitale fédérale. Par voie de courriel, un attaché de presse du premier magistrat a affirmé que sa position n'a pas changé.

Le Mouvemement pour une capitale du Canada officiellement bilingue (MOCOB) souhaite que le conseil municipal demande à la province de l'Ontario « d'adopter un projet de loi visant la reconnaissance de l'égalité des langues française et anglaise au sein de la Ville d'Ottawa ».

Même si le MOCOB reconnaît que la politique actuelle de bilinguisme datant de 2001 « fonctionne généralement bien », celle-ci mériterait d'être précisée et qu'on en assure la pérennité.

Le coordonnateur du mouvement, Jacques de Courville Nicol, croit que le moment est venu pour qu'Ottawa devienne officiellement bilingue.

« Ottawa, à titre de capitale du Canada, exercerait un leadership exceptionnel lors du 150e anniversaire de la Confédération en devenant la première parmi les gandes villes canadiennes à officialiser le statut de bilinguisme », indique-t-il.

Le MOCOB estime que son approche ne coûterait pas plus cher à la Ville d'Ottawa en période de compressions budgétaires et que celle-ci ne causerait pas de pertes d'emplois pour les travailleurs anglophones.

Cette nouvelle tentative de faire d'Ottawa une ville bilingue est appuyée par l'ACFO d'Ottawa, le Regroupement franco-ontarien (RÉFO), la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO), la Fédération des aînés et retraités francophones de l'Ontario (FARFO) ainsi que la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC).

De son côté, le député libéral d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, rappelle que c'est à la Ville de se décider sur ce sujet. « C'est une décision de la Ville d'Ottawa et nous, le gouvernement de l'Ontario, nous donnons déjà nos services dans les deux langues. »

L'an dernier, Jim Waston avait expliqué qu'Ottawa s'était doté d'une Politique sur les services en français en 2001. Selon lui, ce dispositif est efficace et assure des services en français comme en anglais.

D'après les informations des journalistes Mathieu Gohier, Jérémie Bergeron et Jérôme Bergeron

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet