Dollar canadien en baisse : les voyages au soleil coûteront plus cher cet hiver

Le reportage de Gilles Taillon

Dure journée, lundi, sur les marchés financiers, alors que la bourse de Toronto a terminé la séance en baisse de 2,5 %. Des reculs importants aussi aux États-Unis, causés par la chute du prix du pétrole, qui se vend maintenant moins de 40 $ américains le baril. Conséquence : le dollar canadien clôture à son plus bas niveau en près de 12 ans.

Cela signifie que votre voyage au soleil pourrait vous coûter plus cher cette année. De quoi par contre réjouir ceux qui travaillent dans l'industrie touristique ici.

C'est ce qu'on constate notamment à l'hôtel Marriott d'Ottawa, où les affaires vont bien et la baisse du dollar n'y est pas étrangère.

« Les Américains vont voyager plus au Canada à cause de la valeur du dollar et, inversement, les Canadiens vont aussi voyager plus ici, à cause de la même valeur du dollar canadien. Alors, c'est un positif des deux côtés. » — Daniel Laliberté, président de l'Association des hôtels d'Ottawa et de Gatineau

D'autres destinations que les États-Unis et le Canada sont aussi dans la mire des voyageurs. Mais la baisse du dollar canadien aurait peu d'influence sur les activités des agences de voyages de Gatineau, comme c'est le cas par exemple chez Vasco La Chaudière.

La clientèle pour les destinations soleil est encore au rendez-vous, puisque les forfaits sont achetés longtemps d'avance. Mais à court terme ,c'est une autre histoire, indique Line Haché.

« Les gens qui prévoyaient partir à la dernière minute dans le temps de Fêtes, ou peut-être pour la semaine de relâche en Floride, c'est sûr que ça va donner un gros impact. Avec les prix à la hausse, les gens vont peut-être voir pour un deuxième choix », explique la conseillère en tourisme.

Par ailleurs, la faiblesse du dollar canadien est un avantage considérable pour l'industrie touristique d'Ottawa et de Gatineau, qui compte aussi sur les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017.

D'après un reportage du journaliste Gilles Taillon

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet