La présumée dirigeante d'un réseau de proxénétisme à Ottawa coupable de traite de personne

Le journaliste Michel-Denis Potvin donne les détails du jugement au sujet de la culpabilité de l'adolescente d'Ottawa pour traite de personnes.

L'adolescente accusée d'avoir dirigé un réseau de proxénétisme à Ottawa a été reconnue coupable de 27 des 33 chefs d'accusation portés contre elle, mercredi, au palais de justice d'Ottawa.

Elle a notamment été reconnue coupable de traite de personnes, soit la plus grave des accusations dont elle faisait l'objet. Deux accusations ont été abandonnées.

C'est la première fois dans l'histoire du Canada qu'une adolescente est reconnue coupable d'une telle accusation.

La Couronne a demandé une peine pour adulte pour l'adolescente de 17 ans, ce qui signifie qu'elle serait passible d'au moins cinq ans de détention. La peine pourrait toutefois aller jusqu'à 14 ans de prison.

Si elle est jugée comme mineure, elle encourt un maximum de trois ans de détention pour traite de personnes.

La lecture du verdict a été longue et a dû être interrompue lorsque l'accusée a fondu en larmes. La jeune femme est toutefois restée impassible à la reprise de la procédure, à laquelle des victimes et leur famille ont assisté.

Avant de déterminer la peine, la juge Diane Lahaie a demandé la production d'un rapport présentenciel et d'une évaluation psychiatrique, ce qui pourrait prendre deux mois.

En plus de l'accusation de traite de personne, l'adolescente a notamment été reconnue coupable d'agression sexuelle, de proxénétisme, de séquestration, d'avoir causé des lésions corporelles, de vol de moins de 5000 $, d'avoir utilisé Internet pour attirer une mineure pour la forcer à se prostituer et de pornographie juvénile.

Les enquêteurs de la police d'Ottawa se sont dits soulagés du verdict. Ils estiment que cela envoie un message clair à la population. Ils ont par ailleurs souligné que la force et la crédibilité des victimes au cours du procès.

Rappel des événements

La jeune femme a été arrêtée avec deux autres adolescentes en 2012.

Elles auraient toutes trois attiré par le biais des médias sociaux des victimes d'âge mineur, dont une de moins de 14 ans, afin de les forcer à se prostituer. Les événements se seraient déroulés entre le début du mois d'avril et le début de juin 2012.

La semaine dernière, la plus jeune des trois adolescentes accusées de faire partie du réseau a été condamnée à trois ans de détention, moins le temps déjà purgé. Elle avait plaidé coupable à six des 29 chefs d'accusation qui pesaient contre elle.

La troisième adolescente, qui a aussi plaidé coupable, attend toujours le prononcé de sa peine.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet