Le ministère des Affaires autochtones perd la trace de « documents sensibles »

Le journaliste Mathieu Lacombe raconte que des documents ont été égarés à Gatineau

Exclusif - Le gouvernement fédéral se retrouve une fois de plus dans l'embarras au sujet de la protection de ses renseignements confidentiels. Radio-Canada a appris que le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord (AADNC) a perdu la trace, la semaine dernière, de documents contenant de l'information sur les ressources humaines.

Plusieurs copies d'un document de trois pages contenant des notes et des informations jugées « sensibles » sur les ressources humaines ont été laissées près d'un four à micro-ondes dans un édifice d'AADNC à Gatineau. Le document aurait aussi été distribué à certains employés.

Dans un échange de courriels dont Radio-Canada a obtenu copie, un gestionnaire du ministère affirme que la distribution et l'oubli du document représentent « une violation de la confidentialité en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels ».

Radio-Canada a obtenu copie d'un échange de courriels à l'interne. Radio-Canada a obtenu copie d'un échange de courriels à l'interne.  Photo :  Mathieu Lacombe

Le message adressé à une vingtaine de personnes ordonne aux fonctionnaires qui ont reçu le document de le retourner dans les plus brefs délais ou de le détruire. Le courriel demande aussi aux employés qui n'ont pas reçu ce document de le confirmer par écrit.

Pour le député Alexandre Boulerice, porte-parole adjoint de l'opposition officielle en matière d'éthique, d'accès à l'information et de protection de la vie privée, cette façon de faire est inusitée.

« Ça ne fait pas partie des procédures normales. La réaction de la part de la direction, qui avait pratiquement l'air d'être paniquée au départ, nous informe que le document devait contenir des informations confidentielles qui devaient être assez sensibles », souligne-t-il.

« Ça peut être dangereux, ça peut créer un drôle de climat si ce sont des informations qui concernent soit des membres de la direction ou des collègues de travail », ajoute le député.

Le document a été récupéré, assure le ministère

De son côté, le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord a refusé toute demande d'entrevue dans ce dossier. Toutefois, dans courriel laconique, une porte-parole indique que le document a été récupéré et « traité conformément aux lignes directrices ministérielles ».

La porte-parole n'a toutefois pas pu confirmer que toutes les copies du document ont été retrouvées.

« L'enjeu en question touche un cas de ressources humaines internes. Il serait donc inapproprié de commenter davantage », précise-t-on dans la missive. Le ministère assure en outre qu'il reverra ses politiques et pratiques pour éviter qu'une telle situation se reproduise.

Par ailleurs, Alexandre Boulerice s'inquiète que d'autres incidents de genre se soient déjà produits. « Peut-être qu'il y a une petite rigueur qui devrait être appliquée de la part du gouvernement pour protéger les renseignements personnels et confidentiels », estime M. Boulerice.

Cet événement survient alors qu'une enquête est en cours à la suite de la perte de renseignements personnels de plus d'un demi-million de Canadiens. Ces données se trouvaient sur un disque dur externe et une clé USB que les employés du ministère des Ressources humaines ont perdus, en novembre dernier.

D'après les informations de Mathieu Lacombe

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

    Facebook