Test d'ivressomètre : la présidente de La Cité collégiale plaide non coupable

Le journaliste Stéphane Leclerc a assisté au premier jour du procès de Lise Bourgeois

La présidente de La Cité collégiale d'Ottawa, Lise Bourgeois, a plaidé non coupable, lundi matin, à une accusation criminelle d'avoir refusé de se soumettre à un test d'ivressomètre.

Lise Bourgeois s'est présentée au palais de justice d'Ottawa en compagnie de son avocat, le criminaliste Michael Edelson.

Le premier témoin de la Couronne était un policier de la GRC qui a contacté le Service de police d'Ottawa pour rapporter la conduite inquiétante de la conductrice. Ce policier n'était pas en devoir lors de son appel. Il a raconté que la voiture de l'accusée déviait de sa trajectoire, effectuait des arrêts subits et circulait de façon dangereuse.

Il a noté que les feux arrière de l'automobile n'étaient pas allumés alors qu'il était près de 21 h 30.

L'avocat de la défense a tenté, dans son contre-interrogatoire, de discréditer le témoignage du policier.

En après-midi, l'agent Mark Nielsen du Service de police d'Ottawa, qui a intercepté Lise Bourgeois, a été le deuxième témoin de la Couronne. Il a raconté que l'accusée semblait désorientée et qu'elle avait de la difficulté à trouver son permis de conduire. Selon le policier, elle dégageait une forte odeur d'alcool.

L'agent Nielsen a tenté à 10 reprises de faire passer un test d'ivressomètre à Mme Bourgeois, mais en vain.

Rappel des faits

Les événements qui sont reprochés à Lise Bourgeois se sont produits le 18 octobre 2011 entre l'intersection des rues Elgin et Laurier, au centre-ville d'Ottawa, jusqu'au secteur est de la ville. Un patrouilleur de la police d'Ottawa a intercepté le véhicule de l'accusée après que la centrale 9-1-1 ait reçu un appel d'urgence provenant d'un citoyen d'Ottawa.

Lise Bourgeois a toujours indiqué qu'une condition médicale non divulguée l'empêchait de souffler dans un ivressomètre.

Quelques mois après les faits, le conseil d'administration de l'établissement s'était dit préoccupé par la situation, mais les membres avaient reconnu la présomption d'innocence de la présidente. Ils avaient permis à Lise Bourgeois de continuer à occuper ses fonctions jusqu'à la fin du procès.

Le procès de Lise Bourgeois doit se poursuivre jusqu'à mercredi.

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

    Facebook