Pannes d'électricité: 9 000 foyers privés de courant en Outaouais

Les journalistes Laurie Trudel et Jean-Sébastien Marier font le point sur la situation en Outaouais

Des milliers de clients d'Hydro-Québec sont toujours sans électricité dimanche. Selon le dernier bilan, environ 9 000 abonnés sont toujours privés de courant en Outaouais. Ces pannes d'électricité pourraient durer jusqu'au 25 décembre dans certains secteurs ruraux de la région.

La région la plus touchée est la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau, mais des résidences situées dans les MRC des Collines-de-l'Outaouais, de Papineau et Pontiac sont également sans électricité depuis plus de 24 heures.

La porte-parole d'Hydro-Québec, Sophie Lamoureux, affirme que les employés progressent un peu plus lentement que prévu en raison des nombreux bris dans le réseau et des pannes qui s'ajoutent. Elle souligne que les foyers qui n'ont toujours pas de courant se trouvent souvent dans des endroits isolés difficilement accessibles aux équipes de travailleurs.

« Avec le froid, la neige se cristallise sur les arbres et le poids est toujours là. Les arbres cèdent et causent des bris d'équipement. » — Sophie Lamoureux, porte-parole d'Hydro-Québec
De nombreux arbres cassés bloquent les routes. De nombreux arbres cassés bloquent les routes.

Des refuges ont été ouverts à Maniwaki, Messine, Montcerf, Low, Lac-Sainte-Marie, Kazabazua, Blue Sea et Gracefield afin d'héberger les citoyens. Selon les autorités, peu de sinistrés s'y sont rendus jusqu'à maintenant. À plusieurs endroits, les pompiers aidés de policiers et de bénévoles ont visité les personnes vulnérables pour s'assurer que tout le monde était en sécurité.

La députée libérale de Gatineau, Stéphanie Vallée, demande aux résidents de ne pas hésiter à se rendre dans les refuges et de ne surtout pas prendre de risques inutiles en se chauffant avec des moyens de fortune.

Intoxication au monoxyde de carbone

Un couple de Gracefield a été intoxiqué au monoxyde de carbone, mais on ne craint pas pour leur vie. Les deux personnes âgées dans la soixantaine auraient entré leur barbecue au propane dans leur maison pour y faire cuire des aliments. Elles se seraient réfugiées chez leur voisin après avoir ressenti des malaises et ont été transportées à l'hôpital de Maniwaki.

Des refuges ont été ouverts à plusieurs endroits pour héberger les sinistrés. Des refuges ont été ouverts à plusieurs endroits pour héberger les sinistrés.

Par ailleurs, le maire de Grand-Remous, Yvon Quevillon, explique que si la majorité des résidents de sa municipalité ont des systèmes de chauffage d'appoint comme des poêles à bois, ils éprouvent par contre des problèmes d'eau courante puisque les résidences sont liées à des puits artésiens.

« Les pompes fonctionnent à l'électricité et donc, quand on a une panne électrique comme ça, forcément, il n'y a plus d'eau dans la maison. » — Yvon Quevillon, maire de Grand-Remous
Grand Gatineau: 52 abonnés
MRC de La Vallée-de-la-Gatineau: 5 850 abonnés
MRC de Papineau: 1 400 abonnés
MRC des Collines-de-l'Outaouais: 1 400 abonnés
MRC Pontiac: 360 abonnés

Plus de 600 employés d'Hydro-Québec travaillent toujours à rétablir le courant dans les régions touchées. La station de ski Camp Fortune a ouvert dimanche après avoir été fermée durant deux jours à cause de ces pannes.

Au plus fort de la tempête, vendredi, environ 120 000 résidences du Québec étaient touchées par les pannes, causées pour la plupart par des branches d'arbres tombées sur des lignes électriques.