Stéphane Bergeron est nommé ministre responsable de l'Outaouais

À Québec, Stéphane Bergeron a été porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique (archives). À Québec, Stéphane Bergeron a été porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique (archives).

Le député de Verchères, Stéphane Bergeron, devient responsable de la région de l'Outaouais. La chef du Parti québécois, Pauline Marois, a nommé son caucus mercredi.

M. Bergeron occupe également un poste de ministre, étant nommé à la tête de la Sécurité publique. Il connaît bien ce ministère, ayant été porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique dans les deux dernières années.

Même s'il ne réside pas en Outaouais, Stéphane Bergeron connaît bien la région d'Ottawa-Gatineau. Il a siégé à la Chambre des communes de 1993 à 2005, en tant que député bloquiste de Verchères.

Pendant sept années, de 1994 à 2001, il a également été responsable de l'organisation du Bloc québécois en Outaouais ainsi que député « parrain » de la circonscription fédérale de Gatineau, de 1994 à 2005.

Les réactions locales

La nomination de M. Bergeron reçoit un accueil favorable de la part du candidat péquiste défait dans la circonscription de Papineau, Jean-François Primeau. Ce dernier souligne qu'il connaît les problèmes entourant le financement de la santé en Outaouais.

Le nouveau ministre jouit aussi d'une bonne réputation au PQ et saura, selon M. Primeau, défendre la région. Il compte d'ailleurs lui faire part des enjeux actuels en Outaouais.

« M. Bergeron est quand même quelqu'un de connu au parti, donc il va pouvoir faire ses entrées auprès de Mme Marois et lui présenter ces dossiers de façon convaincante. » — Jean-François Primeau, candidat péquiste défait dans Papineau
Le maire de Gatineau, Marc Bureau. Le maire de Gatineau, Marc Bureau.


De son côté, le maire de Gatineau, Marc Bureau, compte demander une rencontre avec M. Bergeron dans les prochains jours.

« C'est sûr qu'on va travailler encore avec nos députés (mais) c'est à lui qu'on va amener les dossiers de Gatineau », ajoute-t-il.



Même son de cloche du côté de la Conférence régionale des élus de l'Outaouais (CREO). La présidente Paulette Lalande souligne de son côté que les députés libéraux « sont encore là ».

« Je pense bien que M. Bergeron, depuis le temps qu'il est à Québec, il a rencontré les députés de chez nous. Ils ont certainement eu de bons échanges. » — Paulette Lalande, présidente de la CREO

Mme Lalande ne s'inquiète pas du fait que Stéphane Bergeron ne réside pas dans la région. « S'il a accepté de venir dans l'Outaouais, il était conscient de ces problématiques-là et sûrement qu'il va bien nous défendre dans tous les dossiers qu'on lui apportera », soutient-elle.

Notes biographiques

  • M. Bergeron a occupé de nombreuses fonctions au Parlement fédéral dont whip en chef du Bloc québécois (1997-2001) et porte-parole du parti pour les Affaires étrangères (1996-1997), l'Industrie, la science et la technologie (2001-2002) et le Commerce international (2002-2004).
  • En 2005, Stéphane Bergeron a fait le saut en politique provinciale, démissionnant de son siège à Ottawa. Il a été élu, toujours dans la circonscription de Verchères, sous la bannière du Parti québécois (PQ), lors d'une élection partielle en 2005.