Le cri du coeur d'une mère dont la fille est victime d'intimidation

Le reportage de Laurie Trudel

Une mère de Gatineau dénonce l'intimidation dont sa fille est victime à l'école. Sonia Russell a décidé de se confier à Radio-Canada , après les événements des derniers jours, dont le suicide de la jeune Marjorie Raymond, victime d'intimidation. « Cela m'a secoué, ce que Marjorie a écrit à sa mère, c'est ce que j'entends depuis 1 an. »

La fille de Sonia Russell ne va plus à l'école parce qu'elle craint d'être intimidée. Elle a vécu l'enfer pendant plusieurs mois.

« Un jour elle m'a dit : je dîne dans les toilettes. C'est là que j'ai dit, c'est assez. » — Sonia Russell

Sonia Russell affirme qu'elle a consulté la direction de l'école polyvalente Le Carrefour pour tenter de trouver de l'aide. Elle a finalement décidé d'envoyer sa fille à l'école secondaire du Versant, mais la situation n'aurait pas changé.

Devant un sentiment d'impuissance, la mère a décidé d'agir à sa façon. Elle est à organiser une marche pour dénoncer l'intimation le 17 décembre prochain à Gatineau. Ainsi, elle espère que sa fille retrouvera le courage d'aller à l'école.

Cercle vicieux

L'adolescente soutient que ce sont surtout des filles qui lui font la vie dure. Une tendance à la hausse selon Jasmin Roy, à la tête d'une fondation qui lutte contre l'intimidation en milieu scolaire. « Il y a une violence qui est croissante chez nos filles (...) et cela se fait souvent devant des adultes. Je crois qu'on a tout un travail collectif à faire autour de cette réalité, moi j'ai peur que les droits des femmes reculent », soutient M. Roy.

La fille de Sonia Russell n'a pas voulu accorder d'entrevue, par peur de représailles. Selon Jean Pierre Loiselle, bénévole chez Tel-aide Outaouais, la peur fait souvent partie du cercle vicieux de l'intimidation. « Ils vont dire si tu en parles à l'école, je te casse la gueule », explique M. Loiselle.

Ottawa-Gatineau en direct Afficher le fil complet

    Facebook